Canada : ils tuent les poules pour sauver les humains

La grippe aviaire menace de faire son retour au Canada. Pour endiguer l’épidémie, les autorités ont déjà fait abattre près de 150 000 poules.

Il y a moins d’une semaine, plusieurs volailles ont été trouvées mortes dans des élevages de Colombie-Britannique, au Canada. L’examen des animaux a fait apparaitre la présence de la souche H5N2 responsable de la grippe aviaire.

Eradication de la maladie : les poules sacrifiées

Après avoir mis ces élevages en quarantaine, puis en isolement, les autorités sanitaires ont annoncé hier la mise en place d’un périmètre de sécurité, ainsi que l’abattage de 146 000 poules. Cette mesure devrait permettre de stopper net la propagation de la maladie.

Depuis l’identification de la grippe aviaire il y a quelques années, douze millions de volailles environ ont déjà été abattus, essentiellement des poulets et des dindes.

Une souche inoffensive pour l’homme ?

Selon les études menées lors de son apparition récente en Asie et en Europe, notamment en Corée, puis en Angleterre, en Allemagne et aux Pays-Bas, la souche H5N8 ne représenterait pourtant pas de danger pour l’être humain. Jean-Luc Guérin, enseignant-chercheur à l’INRA, précise même qu’ “à ce jour, aucun cas de transmission du H5N8 à l’homme n’a été détecté.”

Pourquoi alors faudrait-il s’alarmer de la contamination de quelques poules ? Tout simplement parce qu’il existe un risque que, combinée à une autre souche comme par exemple le H5N1, elle ne devienne réellement dangereuse.

Un conseil : faites passer une visite médicale à votre dinde de Noël avant de la consommer : elle pourrait bien avoir la grippe.

Partager >>