Twitter : Une jeune femme accusée de propagande terroriste condamnée à Londres

La policie londonienne a condamné une jeune femme pour deux infractions, survenues sur le réseau social Twitter. Elle a en effet publié de nombreux messages encourageant le terrorisme. 

La jeune femme encourageait publiquement les actes terroristes

Alaa Abdullah Esayed, une habitante de Kennington âgée de 22 ans, a en effet utilisé le site de micro-blogging pour envoyer des messages incitant les autres utilisateurs à commettre des actes de terrorisme, a annoncé la police londonienne. Elle est également accusée d’utiliser Twitter pour partager des photos, des vidéos et des liens pointant vers des discours terroristes. Des publications efficaces qui auraient effectivement incité d’autres utilisateurs à commettre des infractions terroristes. Alaa Abdullah Esayeda été libérée sous caution et comparaitra devant la Cour de Westminster le 10 décembre prochain, après une première arrestation en juin dernier. Le fait qu’elle ait fourni des liens permettant de consulter librement des discours de propagande terroriste encourageant un passage à l’acte l’expose à de lourdes peines.

Source : ladepeche.fr

Source : ladepeche.fr

Un projet de loi visant à lutter contre le terrorisme a été présenté au Parlement britannique

Cette arrestation et cette condamnation surviennent alors que le projet de loi contre le terrorisme du gouvernement britannique a été présenté au Parlement, mercredi dernier. Ce projet présente l’ébauche de nouvelles mesures permettant de lutter contre la menace terroriste au Royaume-Uni. Ce projet de loi a pour but d’empêcher les djihadistes britanniques de revenir dans leur pays, mais également d’interdire les citoyens de se joindre aux organisations terroristes. Plus tôt cette semaine , deux frères britanniques qui avaient voyagé en Syrie avec l’intention de participer à un camp d’entraînement terroristes ont été emprisonnés . Muhammad Nawaz et Hamza Nawaz sont devenus les premiers à être condamnés pour de telles infractions en Grande-Bretagne et ont reçu une peine d’emprisonnement de quatre ans et demi et trois ans.

Source : nextinpact.com

Source : nextinpact.com

Partager >>