Chikungunya : Une nouvelle épidémie est déclarée

Le Bureau de Veille Sanitaire de la Polynésie a déclaré plus de 11 000 cas de chikungunya, et ce, depuis début octobre. 4 décès sont survenus. Une nouvelle épidémie est donc déclarée, dont le pic n’est pas encore atteint. Le bilan risque donc de s’alourdir dans les semaines à venir…

Le Chikungunya, une nouvelle épidémie déclarée en Polynésie

Le chikungunya a déjà fait quatre victimes en Polynésie. 3 personnes âgées, déjà atteintes d’autres maladies, et un enfant de huit jours, contaminé par sa mère, à la naissance. Ces 4 décès sont survenus parmi plus de 11 000 cas répertoriés par le bureau de veille sanitaire polynésien depuis octobre. Une nouvelle épidémie de chikungunya est donc déclarée. Toutefois, cette épidémie n’a pas encore atteint son point culminant. Le bilan devrait donc s’alourdir dans les semaines qui viennent. Le chikungunya peut s’avérer mortel chez les personnes fragiles, comme les personnes âgées, les enfants, ou les patients déjà malades. Le gouvernement a ordonné la pulvérisation d’un insecticide dans les quartiers les plus atteints par le virus.

Chikungunya1

Le chikungunya en quelques mots

Le mot chikungunya signifie « maladie qui brise les os », une définition due aux violentes douleurs articulaires dont est saisi le patient. Il s’agit d’un virus infectieux qui se transmet via les piqures des moustiques femelles,  porteurs de la maladie, et surtout lors du contact entre leur salive et le sang de l’homme. Le chikungunya est surtout présent dans les zones tropicales. Les douleurs articulaires peuvent toucher le patient pendant des mois, voire plus d’un an, surtout si le sujet a été fragilisé, suite à une blessure, comme une fracture, ou une entorse. Il s’agit d’un virus meurtrier. A ce jour, aucun vaccin n’est encore commercialisé.

Chikungunya3

Source : BFM.TV

Partager >>