Les Patchs ont aussi des effets médicaux négatifs

Si l’on ne sait pas les appliquer, les patchs, qu’ils soient pour lutter contre le tabagisme, anti-douleur, de contraception ; peuvent avoir des effets secondaires indésirables, voire dangereux pour la santé. Ne perdons pas de vue qu’il s’agit d’un médicament, et, de ce fait, qu’il dispose d’un mode d’emploi à respecter.

L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), se lance dans une vaste campagne de sensibilisation à la bonne utilisation des patchs. Suite à de nombreux signalements d’erreurs médicamenteuses, allant des simples effets indésirables jusqu’aux effets dits « graves » (qui peuvent engager le pronostic vital des patients), l’ANSM a décidé d’informer d’avantage les utilisateurs.

Quelques règles de base à connaître sur les Patchs

  • Ne jamais découper le patch, à moins que cette possibilité ne soit inscrite dans la notice
  • Respecter les recommandations faites lors de la prescription et/ou inscrites dans la notice
  • Respecter le placement du patch préconisé dans la notice ou par le médecin traitant
  • Retirer impérativement le film protecteur du patch avant l’utilisation
  • Appliquer le patch sur une zone glabre
  • Changer régulièrement de zone d’application pour éviter les irritations
  • Si le patch se décolle ou tombe, utiliser un nouveau
  • Ne jamais écrire sur le patch
  • Une fois usagé, retirer le patch, ne jamais en coller l’un sur l’autre
  • Garder les patchs hors de la portée des enfants
  • Lors d’une consultation médicale : mentionner l’utilisation de patchs au médecin traitant
  • Ne pas exposer le patch à de fortes chaleurs : bains, sport au soleil, exposition prolongée au soleil, etc.
  • En cas d’IRM, informer le personnel de la présence d’un patch afin d’éviter les brûlures au moment de l’examen
  • Eviter de savonner ou d’appliquer une quelconque lotion sur le patch
  • De façon générale, il faut garder en tête que le patch est un dispositif médical, encadré par une réglementation et un mode opératoire. S’il est pratique, son utilisation n’est pourtant pas anodine et demande certaines précautions. Pour plus d’informations, vous pouvez, vous en référer au dépliant proposé par l’ANSM : Patch : outil d’aide au suivi du traitement.

    Partager >>