AVC du jeune adulte : Découverte d’un gène permettant de prévenir les risques d’accident

La découverte de ce gène permet une grande avancée dans la recherche liée à l’arrêt cardiovasculaire du jeune adulte. Des chercheurs français de l’Inserm, l’Institut Pasteur de Lille et de l’Université de Lille ont en effet découvert un gène dit de susceptibilité, à l’origine des risques d’AVC.

Une avancée majeure pour la détection des personnes à risques, susceptibles d’être victimes d’AVC

Il arrive que les jeunes soient aussi sujets à un arrêt cardiovasculaire. Cette maladie foudroyante se distingue par la difficulté qu’ont les chercheurs à la diagnostiquer. Toutefois, des chercheurs français ont détecté un gène dit de susceptibilité, nommé PHACTR1. Leurs recherches, parues dans Nature Genetics et rapportées par l’Inserm révèlent l’existence de ce gène,  permettant de détecter les causes de l’apparition des dissections, qui sont la cause majeure du déclenchement d’AVC chez les jeunes.  On appelle dissection le saignement qui atteint l’épaisseur des artères carotides ou vertébrales, entrainement son déchirement. Ce déchirement va à son tour causer un hématome, entrainant l’obturation de l’artère. Un caillot peut alors se former, empêchant le sang d’irriguer correctement le cerveau, et déclenchant l’AVC. La découverte du gène PHACTR1 permet de mieux appréhender la formation de ces dissections.

avc jeune adulte 1

L’AVC touche tous les publics, même les plus jeunes

L’AVC est une pathologie qui peut survenir aussi bien chez les personnes âgées d’environ une quarantaine d’années, que chez le jeune adulte. Elle se caractérise par une douleur vive, à l’endroit où s’est produite la dissection. L’AVC entraine des douleurs inhabituelles à la tête, mais aussi dans le cou. Les symptômes sont les suivants : perte de sensibilité, paralysie, réduction du champ visuel. L’AVC frappe environ 2,5 personnes sur 100 000, et peut toucher n’importe qui. Cette maladie n’est pas à négliger.

AVC jeune adulte 2

 

Source : INSERM

Partager >>