Conférence Mondiale sur Internet en Chine, vers des usages plus démocratiques du Web ?

La Chine a ouvert aujourd’hui sa première conférence mondiale sur Internet. Le mot d’ordre était le suivant : démocratiser le contrôle sur le cyber espace. Un principe fermement approuvé par de nombreux groupes de défense des droits et des libertés, qui ont vivement critiqué les pratiques d’Internet véhiculées par Pekin. Pourtant, la route de la démocratisation semble encore bien longue…

Une volonté de démocratiser les usages d’Internet en Chine ?

La Chine représente un quart des utilisateurs d’Internet soit plus de 600 millions d’internautes. Toutefois, la Chine a mis en place un système de censure sophistiqué. La conférence mondiale portant sur Internet, qui se déroule actuellement en Chine, permettrait de jouer un grand rôle dans la gestion du cyberespace mondial. Cette conférence comprend des sessions sur la gouvernance d’Internet d’un point de vue mondial, sur la cyber sécurité et sur l’Internet mobile.

Selon Lu Wei, directeur du Bureau de l’Information de l’Internet en Chine, le but de cette conférence est d’améliorer la communication et de chercher un terrain d’entente, afin d’établir un système de gouvernance de l’Internet multilatéral, démocratique et transparent, d’un point de vue international. Il a appelé  à rejoindre le gouvernement dans la construction d’un « cyberespace paisible, sécuritaire, ouvert et coopératif ». Cet appel concernait les entreprises technologiques chinoises, des représentants d’entreprises mondiales, y compris Apple, Amazon et Microsoft qui étaient présentes.

sécurité

Un système de censure pourtant très élaboré

Le gouvernement chinois bloque régulièrement des milliers de sites étrangers, y compris les fournisseurs d’information et les  médias sociaux tels que Facebook et Twitter.

« La liberté d’Internet est attaquée par le gouvernement à travers le monde. Maintenant, la Chine semble vouloir promouvoir ses propres règles internes de l’internet comme un modèle pour la régulation mondiale», a déclaré William Nee, chercheur pour Amnesty International dans un communiqué avant la réunion. Il affirme que le modèle chinois est celui du contrôle et de la répression extrême », a déclaré M. Nee d’Amnesty. Cette conférence, ouverte aujourd’hui, s’achèvera vendredi. Les participants auront exceptionnellement accès à Google et Facebook qui sont normalement bloqués en Chine.

conférence internet chine 3

 

Partager >>