Abrogation Loi Taubira : Sarkozy dans la panade

Après ses propos sur la possible abrogation de la Loi Taubira, Nicolas Sarkozy se retrouve en grande difficulté au sein de son propre clan. A droite, nombreux sont les soutiens de l’ancien Président qui le lâchent peu à peu. Mauvais calcul ?

Les propos de Nicolas Sarkozy divisent

Samedi dernier, le candidat à la Président de l’UMP, éructait devant les militants de Sens Commun (une association née de la Manif pour Tous) : «La loi Taubira devra être réécrite de fond en comble.» La foule, de son côté scande « Abrogation ! Abrogation !« . Alors, afin de satisfaire cette populace avide de populisme, Nicolas Sarkozy se fend d’une réponse qui pourrait lui être fatale : «Si vous préférez qu’on dise abroger la loi Taubira pour en faire une autre… En français, ça veut dire la même chose […] Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher.»

Depuis ce week-end, il est donc la cible de violentes critiques, de la part de la Gauche, mais également de la Droite qui n’a guère goutté ce revirement.

A l’UMP on grince les dents

UMPDe nombreuses personnalités UMP fustigent les propos de l’ancien Président. Valérie Pécresse, pourtant ancienne ministre Sarkozyste estimait que «l’abrogation n’est pas humainement réaliste». Frédéric Lefebvre, député UMP, déclarait quant à lui : «Soyons sérieux et sincères. Cessons d’entretenir des débats d’un autre temps».

Et les désaveux ne s’arrêtent pas là ! Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy durant la campagne de 2012, est allée jusqu’à dire :

«Je ne suis pas d’accord ! Ce n’est ni souhaitable… ni possible ! Le Conseil Constitutionnel ne revient pas sur les nouveaux droits. S’il y a un vote [des militants, ndlr], je ferai campagne contre l’abrogation. Pour ne pas rouvrir cette plaie.»

Ambiance à l’UMP.

Partager >>