Coco.fr le Chat gratuit en ligne

Oui, nous à Mehach Magazine, on vous trouve toutes les choses les plus insolites au monde. Ici, c’est « Coco ». Coco.fr plus exactement. Un chat totalement gratuit, qui ne paie pas de mine, mais qui rappelle la grande époque de l’irc et du voilà-chat. L’enquête de la rédaction (où nous avons dû donner beaucoup de notre personne !)

Coco.fr, c’est un site de noix de coco et… de noix de coco au sens sexy du terme

Coco inscription

Ouais, c’est un chat quoi ! Vous commencez, comme vous le voyez, par renseigner votre « pseudo », votre sexe et votre âge. Le fameux ASV d’il y a quinze ans quoi. Ensuite, votre Code Postal. Vous voyez que moi, j’ai une ville qui est remontée. Ne cherchez pas, je n’y habite pas, j’ai tapé au hasard. Quant à mon âge, il est faux.

Notons que j’ai volontairement utilisé un pseudo très « girly », sachant à quoi m’attendre. Ca n’a d’ailleurs pas raté puisque je me suis retrouvée totalement submergée de conversations privées moins catholiques les unes que les autres. Tous des hommes, du côté de Bordeaux (oui, Pessac, c’est 33). Ainsi, Coco.fr propose une certaine mise en relation de proximité.

Les conversations n’étaient pas fameuses, vous vous en doutez :

Coco Conversation
Coco Conversation
Coco Conversation

 
 
 
 
 
 
 
 

Sinon, côté utilisation. Vous pouvez changer le design (oui, moins « coco » quoi), décider d’accepter ou non les conversations privées, partir sur un salon particulier. Bref, la même chose qu’IRC.

Coco.fr semble avoir du succès

Oui, c’est un site qui semble marcher, essentiellement pour trouver des petites rencontres coquines sur le tas, des plans cam, etc. A l’instar des vieux chats des années 2000.

Coco Salon

Si vous plissez bien les yeux, vous remarquez les noms plus qu’équivoques de certains salons. On est clairement dans la recherche de « l’âme sœur ». Ou dans la recherche du bon plan cam ! Bon, le romantisme, ce n’est pas ici que vous le trouverez.
Côté « salons privés », c’est beaucoup plus explicite, puisque les noms semblent vouloir rivaliser avec les catégories les plus WTF des sites pornos.

La conclusion de cette mini-enquête ? Les chats ne sont pas morts, Internet is for Porn, et il ne faut jamais taper « coco » dans Google. Jamais.

Partager >>