Nabilla, le nom inconnu en 2012, merci Cyprien !

[Chronique d’une Rédactrice en perdition, vol 1]
Il n’y a encore pas si longtemps, personne ne parlait de Nabilla. Epoque bénie où la bêtise humaine n’avait encore que peu de visages. Si l’on ne regardait pas la télé-réalité, nous avions une chance de passer au travers de ce phénomène qui ne manquait décidément pas à la Culture. Et, s’il existait encore quelques rares personnes (veinardes) qui ignoraient ce nom maudit, désormais, impossible, même à « Trou-du-cul-les-bains », de se détourner de ce sujet hautement brûlant d’actualité : Nabilla, Nabilla et encore Nabilla.

Avant, je croyais que Nabilla n’était qu’un sujet de moquerie de Cyprien

Nous sommes en 2012, comme beaucoup de Français encore, j’ignore totalement qui est Nabilla. Ma faible Culture populaire ne va -Dieu merci- pas jusqu’à s’étendre aux « tréfonds du fondement » de la bêtise Humaine. Ainsi, lorsque Cyprien sort sa vidéo : « Critique « Sofiane – Dingue de toi » Nabilla », je n’y vois qu’une énième critique satirique d’un énième tube pour adolescents victimes de surdité.

Ce morceau reste en tête, et Nabilla commence à apposer sa marque sur mon cerveau

J’aurais dû m’en douter : dès l’instant même où je me retrouve, mentalement, avec ce « Nabi-Nabilla » en tête. Comble de l’ironie, tous ceux qui, autour de moi, ont visionné la vidéo se retrouve à chantonner le refrain pour se moquer.

Nous irons jusqu’à nous amuser à recopier les paroles du morceau dans le Google Translate et à le faire lire par la voix désincarnée de la Madame. A l’époque, encore, le nom « Nabilla » était synonyme pour moi de « bons moments », de « bonnes tranches de rire »… Rétrospectivement, j’aurais dû me douter que, le jour où j’ai entendu ce nom pour la première fois, je vendais mon âme au diable…

Partager >>