Le père de Calvin et Hobbes réalise l’affiche du Festival d’Angoulême

Le Festival d’Angoulême est le festival Français le plus important de la BD, du Comics et du Manga. Chaque année, de nombreuses figures emblématiques de l’Art Graphique s’y bousculent, et, cette année, c’est le créateur de la BD Calvin et Hobbes qui a été désigné Grand Prix du festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2014. A cette occasion, il a donc dessiné l’affiche du Festival, dévoilée récemment.

Une belle affiche, mais qui ne reprend pas Calvin et Hobbes

Bill Watterson, le créateur de Calvin et Hobbes, donc, a été désigné pour le grand prix du Festival. Cependant, même s’il dessine l’affiche de l’édition 2015, personne ne s’attend à le voir sur place. En effet, Watterson est réputé pour sa discrétion. Il n’est d’ailleurs pas apparu en public depuis 1995. Alors, faute de pouvoir se faire signer un Calvin, vous pouvez toujours vous rassasier devant l’affiche dévoilée par le quotidien 20 Minutes.

Affiche Festival Angoulême 2015

Eh non, il n’a pas fait directement une référence à sa BD Calvin et Hobbes. Interrogé par 20 Minutes, Bill Watterson explique son choix :

« Je n’ai jamais utilisé mes personnages pour promouvoir autre chose que mon propre travail, et là, il s’agit de promouvoir la BD dans son ensemble ».

Calvin et Hobbes, l’histoire d’un enfant horrible qu’on redoute d’avoir

Et pourtant, que l’on a tous, plus ou moins été. Depuis 1991, Bill Watterson fait sourire voire rire les lecteurs de Calvin et Hobbes. Avec un premier opus intitulé « Adieu, monde cruel ! », il signe ici une BD amusante et attendrissante. Calvin est un « sale gosse » à l’imaginaire débordant, toujours flanqué de son tigre en peluche (Hobbes) qu’il imagine réellement vivant.

Au travers des Comics Strip, la BD nous dépeint une enfance normale, fourmillante de questions infantiles, de points de vue atypiques, qui nous ramènent à notre propre enfance (du moins, la mienne). Il est question évidemment de l’école, des parents, de l’imaginaire et des peurs infantiles. Bien avant « Titeuf » (et bien meilleur à mon sens), Calvin et Hobbes et une BD qui se lit à tout âge, avec différents niveaux de compréhension. Et, si petite, je trouvais Calvin amusant, adulte, j’en viens à cet étrange paradoxe : Désirer et redouter un gosse de cette trempe.

Calvin et Hobbes

Partager >>