Crédit Mutuel : Quand les clients victimes de fraudes ne sont pas remboursés

C’est la douche froide, pour les clients du Crédit Mutuel, victimes de fraude à la carte bancaire. Certains dirigeants du Crédit Mutuel refusent en effet de rembourser leurs clients, ayant vu leurs comptes piratés, victimes de prélèvements frauduleux. C’est pourtant une question de législation. La loi indique que le Crédit Mutuel se doit de rembourser ses clients dans ce genre de situation. 

Les dirigeants du Crédit Mutuel refusent de rembourser leurs clients

Plusieurs agences locales ont refusé de rembourser leurs clients, ayant observé des  paiements frauduleux sur leurs comptes bancaires. Des prélèvement réalisés sur Internet, qui ont suscité la colère de nombreux utilisateurs. Colère renforcée lorsque ces derniers ont appris qu’ils ne seraient pas remboursés. En effet, plusieurs agences ont refusé de se soumettre au remboursement. Pourtant, la majorité des Crédit Mutuel ont accepter de recréditer les comptes de leurs clients. Mais le Crédit Mutuel Nord Europe refuse de se soumettre à cette obligation. La raison invoqué . Rien ne prouve, selon eux, que les clients ayant subit ce préjudices aient réellement fait preuve de  vigilance.

crédit mutuel

La loi est contre le Crédit Mutuel

Pourtant, la loi stipule que le remboursement doit être fait, n’engageant pas la responsabilité du client . Le code monétaire indique en effet que « la responsabilité du payeur n’est pas engagée si l’opération de paiement non autorisée a été effectuée en détournant, à l’insu du payeur, l’instrument de paiement ou les données qui lui sont liées […]. Le payeur supporte toutes les pertes occasionnées par des opérations de paiement non autorisées si ces pertes résultent d’un agissement frauduleux de sa part ou s’il n’a pas satisfait intentionnellement ou par négligence grave aux obligations mentionnées aux articles L. 133-16 et L. 133-17. » L’article L. 133-18 précise même qu’en cas « d’opération de paiement non autorisée signalée par l’utilisateur dans les conditions prévues à l’article L. 133-24, le prestataire de services de paiement du payeur rembourse immédiatement au payeur le montant de l’opération non autorisée. » Actuellement, le siège du Crédit Mutuel/CIC n’a pas encore communiqué à ce sujet.

ACCUMULATION DE CB

Partager >>