Explosion de la fusée Antares : La faute aux Soviétiques !

De toute façon, quand ce n’est pas la faute des Chinois, c’est celle des Soviétiques ! Et ça n’est jamais qu’un énième accident astronomique ! Plus sérieusement, l’accident de mardi soir, – vous savez, la fusée Antares qui a explosé au décollage – a conduit la Nasa à s’intéresser de très près au lanceur. Qu’ont-ils découvert ? Qu’un moteur – d’origine russe – serait en cause. Explications.

Antares, premiers éléments de l’enquête, un problème technique

Remise dans le contexte : Antares, fusée américaine, devait être envoyée sur l’ISS (Stration Spatiale Internationale) afin d’apporter des vivres et des données scientifiques à ceux qui y résident (raté, ça sera régime les mecs !). Mais, elle a explosé juste au décollage. Entre le choc et les interrogations, la Nasa et Orbital Science (la société en contrat avec l’agence spatiale Américaine pour lancer la fusée) ont commencé une enquête pour comprendre les causes de ce dysfonctionnement.

En premier lieu, ils s’interrogent sur la propulsion du premier étage de la fusée. Propulsion assurée par des moteurs issus d’une technologie soviétique datant des années 60…

La politique du moindre coût en cause dans l’explosion d’Antares ?

Il semblerait : ce fameux moteur, initialement connu comme étant le NK-33, a posé de nombreux problèmes aux constructeurs russes. Mais, ils étaient capables de , selon Aerojet Rocketdyne, la société Américaine qui a racheté la filiale de production :

« meilleures performances à des coûts moindres que les autres moteurs de fusée de même capacité. »

Oui, mais voilà, Orbital Science explique que l’URSS, après avoir dépensé l’équivalent de 1.3 milliard de dollars pour développer ce moteur (et en avoir construit plus de 200), ne les a jamais utilisés. Pourquoi ? Marco Caceres, un expert dans le secteur spatial du cabinet d’études Teal Group rapporte :

« Les Soviétiques avaient un problème avec ce moteur dans les années 60 et ont fini par arrêter de le fabriquer. »

Bravo les mecs !

Partager >>