Pôle Emploi, baisser les allocations chômage ? Deux français sur trois sont pour

Un sondage vient de sortir, et vous voyez partout dans les médias cette accroche : « 2 Français sur 3 pour l’abaissement de l’allocation chômage versée par Pôle Emploi« , ou encore « 6 Français sur 10 pour la suppression des allocations chômage en cas de refus d’offre d’emploi ». Et là, les avis sont partagés, le débat va faire polémique ; bref, encore une fois, la France va se déchirer sur la question de son modèle social. Sachez, avant toute chose : ces « fameux Français », ils n’étaient que mille à répondre à l’enquête ! Explications.

Les allocations chômage de Pôle Emploi remises en cause ?

Le sondage en question a été réalisé par Viavoice pour le groupe BPCE, Les Echos et France Info. Il a été réalisé du 20 au 25 octobre, en ligne, auprès d’un tout petit échantillon de 1.000 personnes. Cet échantillon est sensé être représentatif de la population Française majeure, puisqu’on nous explique qu’ils ont utilisé « la méthode des quotas ». Que dit cette étude ? Que le Français est aigri, qu’il veut faire souffrir les autres autant qu’il peut souffrir lui-même !

Chômage Pôle EmploiSur la question de la suppression des allocations chômage (versées donc par Pôle Emploi) dans le cas où les demandeurs refuseraient trois offres successives, les « Français » – ces mille personnes qui s’arrogent la voix de 66.3 millions de Français – en majorité (6 sur 10) soutiennent l’idée de les supprimer. 63% de ces personnes interrogées sont pour cette suppression dont 30% « Tout à fait favorables » et 33% « favorables ». Côté opposition, seuls 32% d’avis contraires et un 5% « Ne se Prononce pas ».
Dans la même idée, ils se disent en majorité favorables « la réduction du montant des allocations des demandeurs d’emploi les plus aisés ». 69%, donc, estiment qu’il faudrait baisser les allocations chômage pour les « nantis », 26% sont opposés, 5% NSP.

Vient ensuite la question de « la réduction, plus rapide au cours du temps, des allocations de l’ensemble des demandeurs d’emploi ». Là, ils sont plus partagés (en même temps, en période de fort chômage, on les comprend) : 46% « seulement », y sont favorables, 47% « seulement », y sont opposés et 7% refusent toujours de répondre aux questions d’un sondage auquel ils ont accepté de participer (?!)

Que penser de ce sondage et de Pôle Emploi

Pôle Emploi ChômageNous nageons en pleine démagogie, en pleine absurdité sociétale. Dans l’idée, supprimer les allocations au bout d’un moment parce qu’on estime que la personne en face « se fout de notre gueule », je peux comprendre que cela séduise. MAIS, car il y a un énorme MAIS, presque aussi gros que les chiffres du chômage eux-mêmes : ça ne marchera jamais parce que Pôle Emploi ne fait pas son travail.

Quand vous avez un diplôme d’ingénieur en « système de motricité de la langouste », vous n’avez pas nécessairement envie de faire un boulot de « boulanger de la langouste ». Ainsi, lorsque Pôle Emploi vous propose une offre qui n’a rien à voir avec vos qualifications, compétences, aspirations ; il est NORMAL de le refuser. Et là, on part du principe que Pôle Emploi va proposer une offre ! Oui, c’est un secret de polichinelle, Pôle Emploi se touche le plus souvent la nouille au lieu de nous aider à trouver du taff. Mais, ce n’est pas le débat.

Oh, évidemment, les plus populistes, ceux qui adorent la théorie du complot de ces « salauds-d’immigrés-assistés-tous-des-terroristes-dehors-marine-au-pouvoir-youhou », vont vous expliquer qu’il faut savoir ce que l’on veut dans la vie. Alors que ces mêmes personnes vendraient leur première pastille Vichy pour éviter de se retrouver à récurer les chiottes dégueulasses d’une aire d’autoroute pour même pas 85% du SMIC. Pôle Emploi Chômage étudiant

Sur la question de l’abaissement des allocations pour les plus aisés. Après mon discours bien gauchiste, vous allez être surpris de ce que j’en pense : non, c’est une connerie monumentale. L’égalité, c’est l’égalité ! Point. Ou on dit qu’il y a une allocation « pour tous », d’un même montant « pour tous », ou on fait jouer la proportionnelle à l’ancien salaire « pour tous ». Pas juste pour « les pauvres ». Pourquoi ?

Parce que le nanti, justement. Ok, mettons qu’il touche une allocation de 2.000€ (et plus, ça peut arriver), vous vous dites « oh lala, c’est bien suffisant pour vivre ». Oui, certes. Pour vivre dans un appartement, avec un niveau de vie correspondant à CE salaire. Si la personne touchait avant 3.000€, déjà, il perd mille, il faut donc qu’il se serre la ceinture. Mais, vous lui mettez une allocation à 1.000€, il est dans une sacrée merde. Pourquoi, bis ? Parce que cette personne a peut-être un loyer ou un crédit énorme à payer, des frais énormes à payer ; en gros, il ne va pas déménager sa famille et ses enfants dans un quartier populaire sous-prétexte qu’il a perdu son job !

En d’autres termes, le débat sur les allocations chômage est un faux débat. Aussi méphitique que tous ceux que les Politiques et les médias nous offrent depuis une trentaine d’années. Le vrai débat devrait se situer sur le chômage tout court. Parce que, le problème ne vient pas du tout des allocations, il vient du fait que « travailler, même pour une misère, est désormais un luxe ».

Alors, Messieurs-Dames les Français, au lieu de vouloir brûler les étrangers, les gays, les journalistes, votre voisin et le petit chat ; commencez par vouloir brûler ceux qui sont responsables du chômage. Les vrais responsables !
Pôle Emploi allocations chômage

Partager >>