Thomas Dandois et Valentine Bourrat condamnés

Les deux journalistes Thomas Dandois Valentine Bourrat viennent d’être condamnés à 2 mois et demi de prison en Indonésie. Depuis le 6 août, date de leur arrestation, ils purgent leur peine en prison et attendaient le procès. Ainsi, ils seront libérés lundi prochain, 27 octobre.

Thomas Dandois et Valentine Bourrat, un autre exemple de la liberté de la Presse dans le monde

#FREETHOMASANDVALENTINELes deux journalistes étaient partis en Indonésie pour tourner un reportage pour la chaîne Arte. Le reportage avait pour thème les rebelles séparatistes de Papouasie. Un sujet très sensible dans le Pays. Mais, voilà, ils sont entrés dans le pays avec un visa de tourisme et non pas un visa Presse. Dans un pays extrêmement instable depuis son indépendance en 1975 (ancienne colonie Australienne), l’accès des médias est considérablement restreint et surveillé.

Comme dans beaucoup de pays du même acabit sur le plan politique (on parle de ces pays où il se passe de drôles de choses…), les autorisations de tournage sont très rarement délivrées. Voilà pourquoi Thomas Dandois et Valentine Bourrat ont opté pour le visa touristique et pour le tournage clandestin de leur reportage. Malheureusement, ils ont été arrêtés le 6 août dernier et risquaient jusqu’à cinq ans de prison.

Une peine allégée grâce à la mobilisation

Comme souvent, la mobilisation publique a permis de faire pression sur le pays. Le 23 octobre dernier (oui, hier), un appel au rassemblement avait été lancé à Bayeux pour la libération des deux journalistes. Avant-hier, mercredi 22 octobre, le Petit Journal recevait sur son plateau Florence Aubenas (journaliste ayant couvert le procès d’Outreau, ancien otage faite prisonnière lors d’un reportage en Irak), à cette occasion, ils ont évoqué l’attente du verdict et ont, eux aussi, décidé de porter une pancarte avec ce hashtag : #FREETHOMASANDVALENTINE.

Partager >>