Facebook : découvrez si votre voisin est un nazi

Ou s’il aime les endives, ou s’il vote Mélenchon, ou s’il adore se « beurrer la biscotte », ou s’il aime manger son caca… Bref, on ne le dira jamais assez : Facebook est Big Brother.
Et vous savez quoi ? Vous pouvez participer à la surveillance des masses (enfin, plus quoi) en surveillant vos amis !

Comment ? Trois fois rien : un truc passé totalement inaperçu (de la vieille info donc) qui s’appelle le Graphe Facebook.

Qu’est-ce que c’est ? Juste vos jumelles numériques pour épier mon père, ma mère, mes frères « zé » mes soeurs, C’EST CA LE BONHEUR !

Le Graphe de Facebook, l’outil de surveillance

Ouais, je sais, ça fait un moment que d’autres en parlent, pourtant, une petite piqûre de rappel ne fera pas de mal !

Grâce à cet outil de surveillance, vous pourrez, vous aussi espionner plus facilement vos proches. Certes, vous pouviez le faire bien avant, mais, désormais, les recherches sont facilitées. C’est Facebook qui le dit ! Actuellement en bêta et uniquement pour les utilisateurs Anglais, cet outil est le point culminant de la surveillance numérique.

Facebook Graph Search

Mission : Donner aux gens le pouvoir de partager et de rendre le monde plus ouvert et connecté.

C’est tout simplement un moteur de recherche interne à Facebook qui vous permet, à l’aide de mots-clefs, de découvrir quelles sont les personnes de votre entourage (plus ou moins proche) qui y correspondent. Petit plus, ça ratisse tellement la base de données de Facebook que si vous avez laissé vos informations (nom, sexe, orientation sexuelle, politique, goûts, etc.) en mode « public », vous apparaîtrez en résultat.

C’est-à-dire ? Vous tapez dans la barre de recherches : « Amateurs de fours Auschwitz–Birkenau » et hop, toutes les personnes qui aiment les fours et qui vivent à proximité de Auschwitz–Birkenau vont apparaître. Oui, même des gens que vous ne connaissez pas.

Attention, il y a deux types de données que vous aurez du mal à contrôler : les mentions « j’aime » et certaines photos. Pourquoi ? Si vous verrouillez vos photos, lorsque vous les publiez, elles n’apparaîtront pas. En revanche, si une personne de votre entourage publie une photo de vous (avec ou sans identification) ce sont SES paramètres qui sont pris en compte. Ainsi, si elle laisse cela « public », vous l’avez dans l’os, vous êtes aussi une donnée.

Il y a eu un livre dont Facebook s’est inspiré


(Ceci est une publicité d’Apple, que vous avez peut-être vue, s’inspirant directement de 1984. Oui, à l’époque, Apple faisait croire qu’il était anti-système… Les personnages sont en pleine « Minute de la Haine » et, en gros, le Premier Macintosh vient libérer les citoyens. Presque 20 ans après, on en rigole)

Ceux qui ne connaissent pas « 1984 » de George Orwell, il sera temps de le lire ! Ecrit en 1949 (oui, juste après la Guerre), ce livre dépeint une Grande-Bretagne qui a instauré un régime totalitaire suite à une Guerre nucléaire entre l’Est et l’Ouest.

Rappelez-vous, nous sommes au sortir de la Seconde Guerre mondiale et le Bloc URSS (Est) et le Bloc Américain (Ouest) s’affrontent dans ce qu’on nommera « Guerre Froide ». Ainsi, 1984 utilise les codes du régime Stalinien et ceux de la SF pour nous porter dans un univers futuriste. A l’époque, le livre n’est que de la Science-Fiction. Aujourd’hui, on l’appelle « Anticipation ». Pourquoi ?

Parce que la liberté d’expression n’existe plus. Il y a une surveillance constante des citoyens, via des miroirs et autres télévisions qui filment et écoutent les gens ; le tout avec de grandes affiches partout dans les rues avec cette célèbre phrase « Big Brother is Watching You ».

On retrouve dans 1984, l’idée d’Histoire manipulée, de propagande, de désinformation et lavage de cerveau avec la « Minute de la Haine ». Une sorte de programme quotidien que les gens doivent regarder et qui expliquent ce qui ne va pas dans le monde et qui sont les responsables ! (Tiens, on me chuchote JT, c’est étrange…)

Cerise sur le gâteau, il y a la Novlang : une langue tellement épurée qu’elle rend la pensée plus limitée et linéaire que jamais. Le tout, chapeauté par un « Ministère de la Pensée ».

1984 n’était pourtant pas un manuel !

Et c’est là le drame, aujourd’hui, nous y sommes.

Télésurveillance : Xbox One, Caméras dans les rues (15 pour 1 habitant en Grande-Bretagne), Facebook, Google, Bing, Microsoft, vos Smartphones, vos Télévisions, etc.

Minute de la Haine : Les journaux télévisés avec ces « salauds d’immigrés » et ces « dangereux terroristes », les discours des hommes politiques, Eric Zemmour (je ne m’en lasse pas).

La Novlang : La moyenne du nombre de mots de vocabulaire usités est en chute libre. Plus encore, les néologismes pleuvent. Demandez à un adulte ce que veut dire « connotation », « métaphore », « pléonasme », vous allez voir…

Police de la Pensée : Vous-même avec le fascisme montant, pas le « tous dehors les étrangers », non, je parle du « blond, yeux bleus, minces, mange bio, bouge bio, politiquement correct, paies tes impôts, fais ton devoir conjugal… »

Facebook 1984

Partager >>