Yves Jégo son patrimoine dans le giron de la Justice

Yves Jégo, actuellement candidat à la présidence de l’UDI et député-maire centriste se retrouve dans le giron de la Justice. Il est visé actuellement par une enquête du Parquet de Paris.
Pourquoi ? Suspicion d’enrichissement personnel…

Yves Jégo dans une position délicate

Oui, forcément, être candidat à la présidence d’un parti tout en étant au coeur d’affaires louches concernant des problèmes d’enrichissement personnel, ça fait tache. Et si à l’UMP, cela ne semble pas choquer les adhérents, ceux de l’UDI, eux, risquent de mal le prendre.

Yves Jégo se retrouve donc dans une position de faiblesse dans sa course à la Présidence du parti. En effet, les adhérents votent demain, et cette enquête préliminaire, ouverte depuis septembre 2013 tombe très mal. La commission pour la transparence financière pour la vie politique s’est penchée sur des faits d’enrichissement personnel supposément suspects. Essentiellement dans le cadre de sa déclaration de patrimoine au moment où Jégo était Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer sous Nicolas Sarkozy.
Sur Facebook, le député se défend et dénonce « une polémique qui fait étrangement l’objet d’une mise en scène médiatique, comme par hasard à l’heure du choix pour les militants de l’UDI. »

L’ex-commission s’est penchée sur le cas suite à la bonne affaire que Jégo a réalisé dans le monde de l’édition. Dans sa déclaration de patrimoine sur la période 2003-2009, Yves Jégo a vu son investissement dans la société d’édition Timée se multiplier par 100. A sa fondation (à laquelle il a contribué), il n’avait apporté qu’un capital de 3.000€. Cette simple part lui aurait rapporté 300.000€. Mais, et c’est là que ça devient louche, la société d’édition est placée en redressement judiciaire en 2011, n’ayant jamais vu ses ventes décoller. Et Yves Jégo expliquait sur Facebook que les actions de Timée ne valaient rien. Pourtant, elles ont été très rentables !

Et l’autre point qui excite la Justice c’est l’appartement du couple acheté à Paris il y a six ans pour la « modique » somme de 1.2 million d’euro… Comment, avec les revenus déclarés par le couple, comment ont-ils pu financer l’acquisition de ce bien personnel ? Comment font-ils pour assumer les 7.000€ à 8.000€ de remboursement par mois pour leur logement ? Comment, sachant que cela représente pas moins de 50% d’endettement de leurs revenus déclarés ?

Oh, oui, ce n’est pas impossible, mais incroyablement improbable…

Les hommes politiques sont-ils de plus en plus corrompus ?

Hommes Politiques et JusticeNon. Il faudrait être naïf pour croire une telle bêtise. La grande différence, en revanche, est surtout qu’aujourd’hui, les affaires sortent pratiquement tout de suite. Ou du moins, parfois au moment opportun. Entre l’évolution des technologies et la désacralisation des pouvoirs, le temps des secrets d’alcôves et des complots est pratiquement révolu.

Autant, il y a une trentaine d’années encore, ces scandales ne sortiraient pas avant la fin du mandat de la personne concernée, autant, aujourd’hui, à l’ère du « tout connecté », tout se sait. Plus encore : à l’ère du « tout lucratif », tout se vend.

Les infos se monnayent, les sources se mettent à parler aux médias et, maintenant, les joutes politiques se font davantage sur le scandale des autres que sur ses propres résultats.

Alors, non, la corruption n’est pas le problème. Le problème, c’est que le Peuple est trop occupé à lire les scandales (plus ou moins people à force) de nos hommes politiques pour vraiment s’intéresser à leur intégrité. Et temps que « Merci pour ce moment » resta un Best-Seller, l’honnêteté sera moins un sujet de préoccupation que de belles photos dans Gala.

Partager >>