Nicolas Bedos et Valérie Trierweiler : Une relation cachée de dix-sept mois ?

L’humoriste Nicolas Bedos, qui avait déjà beaucoup fait parler de lui lors du scandale Dieudonné, s’est de nouveau manifesté, hier soir sur France 2. En effet, il a avoué avoir eu une liaison cachée avec Valérie Trierweiler, dans l’émission d’Alessandra Sublet, « Un soir à la Tour Eiffel »… Avant d’avouer en fin de soirée qu’il s’agissait en réalité d’un canular.

Un aveu qui crée le buzz

Hier soir, l’intention de Nicolas Bedos était claire : présenter son nouveau livre, Les serments déchirés. Il affirme y détailler sa relation avec l’ex première dame de France. Une liaison cachée de dix-sept mois, qui déclenche immédiatement le buzz auprès des téléspectateurs. Nicolas Bedos n’est pas avare de détails au sujet de sa romance avec Valérie Trierweiler, abordant leur rencontre, leurs rendez-vous, allant jusqu’à évoquer une promesse de mariage. Très rapidement, les réseaux sociaux réagissent à cette nouvelle, manifestant la surprise et parfois même l’indignation des téléspectateurs.

Un canular de mauvais goût ?

Toutefois, Nicolas Bedos avoue, à la fin de l’émission, avoir monté ce canular de toutes pièces, en affirmant qu’il s’agit « d’une grosse connerie ». L’humoriste et Alessandra Sublet, visiblement complices, ont souhaité réagir de cette manière à la surmédicalisation du livre de Trierweiler et à la peopolisation du monde politique.

Sur tous les sites d’informations, dans beaucoup de journaux papiers, les femmes et hommes politiques sont montrés sous le même jour que les candidats de télé-réalité. Et, même s’il s’agit, effet d’une politico-réalité, cela fait tout de même froid dans le dos de voir notre action dans l’isoloir amuser les foules sur le plateau d’une émission.

Dans une dernière justification, histoire que personne n’ait de doutes, Bedos ajoute : « Valérie Trierweiler n’est pas du tout mon genre. »

On voit croit ! Au vu des sondages, elle n’était le genre de pas grand monde…

Partager >>