Une grande avancée en matière de cancer du sein

Maladie redoutée, parfois même héréditaire et surtout concernant 48 800 patientes chaque année en France, le cancer du sein est aujourd’hui au coeur des préoccupations des médecins, des malades, mais aussi de la recherche. Des mesures de prévention ont été mises en place ces dernières années afin de rendre le dépistage plus évident et surtout moins tardif. Ainsi la mammographie est pratiquée par bien plus de femmes, qui n’hésitent pas à s’y soumettre afin de détecter tout signe d’une éventuelle tumeur.

Aujourd’hui, une découverte très intéressante a été faite, ce qui pourrait faire baisser le taux de mortalité, augmenter l’espérance de vie, et peut-être permettre au chiffre des décès de 11 886 personnes par an de diminuer.

Un nouveau traitement très efficace

On pourra donc compter désormais sur un tout nouveau médicament, qui a donné des résultats très intéressants lors des tests. Celui-ci, nommé Perjeta, permettra probablement de repousser la mortalité d’une manière assez importante.

Il a été testé sur des femmes atteintes du HER2 positif, qui est une forme très agressive de la maladie, et qui concerne environ 15 femmes sur 100. Il a permis sur ces 800 femmes de réduire la mortalité de 32%. De même, la durée de vie de ces patientes a augmenté de 16 mois en tout. Cette molécule contenue dans le médicament, a tendance à bloquer la protéine HER2, et ainsi ralentit considérablement la maladie.

Quelques embûches financières

Cependant, un souci demeure encore, c’est le prix de ce traitement, qui dispose d’un coût de fabrication très important. C’est le cas aussi pour l’Herceptin qui est le second médicament utilisé en cas de cancer du sein et qui fait ses preuves, celui-ci devra être couplé avec le Perjeta pour que l’efficacité soit maximale.

À titre d’exemple, aux Etats-Unis, il faut compter 5900$ mensuellement pour un traitement par le biais de cette nouvelle molécule, un coût qu’il faut combiner aux 5300$ déjà nécessaires pour utiliser l’Herceptin. D’après les dernières informations provenant du laboratoire Roche produisant le médicament, les coûts devraient être un peu moindres en Europe.

Partager >>