Une imprimante 3D au service de la fécondation in vitro

C’est au CHU de Montpellier que cette innovation technologique a vu le jour ! Les équipes de chercheurs ont réussi à réaliser des impressions 3D des embryons avant l’implantation dans l’utérus afin de maximiser les chances de réussite de la fécondation in vitro.

Fécondation in vitro : un processus largement amélioré par l’impression 3D

C’est donc grâce à la modélisation des embryons alors qu’ils sont encore en phase de développement in vitro que le succès de la fécondation assistée pourrait être améliorée.

Pour le moment, la technique de fécondation in vitro est de sélectionner plusieurs embryons à insérer dans l’utérus de la future maman. Mais puisqu’il est difficile de valider le bon état de chaque embryon, plusieurs sont placés en même temps dans l’utérus ce qui augmente fortement les risques de grossesses multiples.

Grâce à l’impression 3D des embryons, il sera plus facile d’en étudier toutes les caractéristiques et de se décider sur celui qui le plus de chance de bien se développer dans l’utérus de la mère.

Impression 3D pour aider la fécondation in vitro : ce qui va changer

Impression 3D : une précision encore inégalée dans la recherche médicale

C’est grâce aux données transmises par un ordinateur sur chaque embryon que les chercheurs peuvent ensuite modéliser chaque maquette. La précision atteinte est ultra performante grâce aux nouvelles capacités des imprimantes 3D. Il est donc possible d’obtenir un modèle d’embryon de 5 centimètres de diamètre qui n’est plus seulement virtuel mais bien manipulable par les médecins.

La résolution obtenue après impression est suffisamment précise pour analyser la morphologie de l’embryon y compris les balstomères, la zone pellucide, et la régularité. Ce sont ensuite ces trois critères qui permettent de valider ou non l’embryon et de déterminer ses chances de survie dans l’utérus de la future maman.

En attendant de voir la validation du brevet de cette découverte technologique et scientifique, il faut saluer les efforts de l’équipe du CHU de Montpellier qui viennent d’ouvrir de nouvelles possibilités pour la fécondation in vitro et qui pourront certainement être élargies à d’autres domaines de la science médicale.

Partager >>