Une attaque sanglante programmée par les djihadistes à Bruxelles

L’information est tombée hier soir sur la chaîne NOS : un groupe de djihadistes provenant de Syrie a été arrêté, et avait pour objectif d’intervenir au sein de la Commission Européenne, afin d’y préparer une véritable tuerie à l’instar de celle qui a eu lieu il y a quelques mois maintenant au sein du Musée Juif. Cet attentat a malgré tout été déprogrammé grâce à l’intervention des forces de l’ordre, qui ont pu intercepter ces individus avant que le massacre ne soit institué. Selon l’Echo, plusieurs attentats ont déjà été démantelés par la Belgique, des attaques qui auraient dû être effectuée par des belges ayant combattu en Syrie, et étant revenus dans leur pays d’origine après plusieurs mois. Ces sympathisants de l’Etat islamique avaient des cibles précises dont les noms n’ont pas été révélés pour éviter la panique.

Une situation bien maîtrisée

Bien sûr, l’évocation d’éventuels massacres et attentats pourrait faire régner un sentiment d’affolement auprès du public et des concernés, mais la situation est bien encadrée et maîtrisée par les autorités belges, d’autant plus que Bruxelles est une ville qui ne manque pas de cibles potentielles.

Une attaque à la Commission de Bruxelles aurait pu causer des dégâts importants, puisque le bâtiment accueille des milliers de fonctionnaires, ainsi que des responsables de l’UE, représentant tous ses pays. Mais on trouve aussi dans la ville les locaux de l’Otan, et autres organisations qui pourraient servir de cible aux islamistes.

De nombreux départs pour la Syrie

Plusieurs pays européens s’inquiètent cependant du grand nombre de ressortissants qui quittent les terres pour se rendre en Syrie, et la France est au premier rang malheureusement.

400 belges ont pour le moment franchi le cap si l’on en croit l’Echo, et 90 auraient fait leur retour sur la terre belge, probablement endurcies par cette expérience, et peut-être enclines à commettre des actes irréparables au nom de l’Etat islamique. On peut cependant faire confiance aux autorités belges et françaises qui veillent largement à maintenir la situation et à protéger l’Europe de ces attaques prévisibles.

Partager >>