Serait-ce la fin de l’UMP en tant que tel ?

Ce soir, dimanche 21 septembre, lors de l’édition du soir du journal de France 2, Nicolas Sarkozy va s’exprimer devant les Français, et va probablement sceller définitivement son retour sur la scène politique, qui n’est plus réellement une surprise, puisque chacun s’y attendait avant même qu’il n’en ait vraiment formulé l’idée. Le retour a été exprimé par le biais de sa page Facebook vendredi, mais cette émission sera probablement une manière plus générale de réaliser cette annonce. Le but est pour le moment de revenir à la présidence de l’UMP, mais ce parti restera-t-il véritablement ce qu’il est ? Rien n’est moins sûr, puisque le nom pourrait déjà être transformé, sachant que ce ne sera pas la première métamorphose du parti.

Des remaniements prévisibles

Pour ce retour et éventuellement pour cibler l’accession à la présidence en 2017, toutes les stratégies les plus efficaces vont être mises en place, afin que les Français puissent y voir pas seulement le retour d’un politique qu’ils connaissent, mais aussi un vrai renouveau. Il va commencer par redresser les comptes en tentant de motiver les adhérents à revenir à l’UMP.

Il espère également que ses deux concurrents directs resteront loin derrière, soit Juppé et Fillon, ce qu’il parviendra probablement à faire avec brio, puisque ses idées de réorganisation semblent en tout cas en apparence, plutôt radicales et bien menées. Cependant, ce n’est pas ce soir apparemment qu’il annoncera s’il participe ou non aux présidentielles, même si l’on connaît déjà la réponse.

Une annonce à faire… plus tard

Car si la présidence de l’UMP est une première étape nécessaire, on connaît déjà les intentions de l’ancien chef de l’Etat. Lors de ce JT, il devra peut-être se justifier face à certaines affaires qui le concernent, et qui récemment ont fait parler de lui mais pas forcément dans le bon sens du terme.

Cependant, les réponses semblent déjà toutes faites concernant ces différents procès. Reste à savoir quels seront donc ses propos exacts ainsi que ses intentions, lui qui ne souhaitent pas laisser la France aux mains du FN ou d’un PS qui semble sur le déclin.

Partager >>