Ecosse : le “non” à l’indépendance l’emporte largement

Les résultats du référendum écossais sur l’indépendance viennent de paraître de vendredi 19 septembre. C’est un franc “non” qui est sorti des urnes avec un résultat de 55% des voix contre seulement 45% pour le “oui”. Bilan sur les conséquences de cette décision et ce qui va changer pour l’Ecosse.

Référendum écossais : le “non” l’emporte largement

Après une journée entièrement dédiée au référendum hier, les résultats annoncent donc clairement la volonté des écossais de ne pas prendre leur indépendance. 55% de “non” contre seulement 45% de “oui”, l’écart est important ! Si les deux campagnes ont diffusé leurs arguments jusqu’au dernier moment, c’est clairement celle de David Cameron qui a su mobiliser et réunir le peuple écossais autour de ses valeurs. Les résultats des votes sont à peu équivalent sur tout le territoire écossais même s’il est important de noter que si Glasgow a voté “oui” en majorité (53%), Edimbourg, la plus capitale de l’Ecosse, s’est clairement positionnée en faveur du “non” avec plus de 61% des voix.

Une autre donnée est à souligner, le très fort taux de participation à ce référendum qui a atteint de les 84,5% ! On peut donc parler, comme l’a déclaré Alex Salmond (la tête de file des indépendantistes) d’un “triomphe de la démocratie”. Bon perdant, ce dernier a salué et félicité David Cameron, leader de la campagne pour le “non” notamment via un tweet posté juste après l’annonce des résultats.

Ecosse : le peuple s’est exprimé et vote “non” à l’indépendance

Vote sur l’indépendance écossaise : ce que le “non” va changer

Même si le peuple écossais vient de s’exprimer en défaveur d’une indépendance complète, les mesures annoncées par l’Angleterre devraient assouplir les relations et autoriser plus de libertés à l’Ecosse.

David Cameron a donc fait plusieurs promesses pour l’émancipation de la région écossaise :

– De nouveaux pouvoirs seront transférés au Parlement d’Edimbourg
– Un nouveau projet de loi fiscale et budgétaire devrait être présenté en janvier
– Plus indépendance pour les députés écossais au niveau des questions de santé et d’éducation sur lesquelles les députés anglais ne pourront pas influencer du tout pendant les votes.

Partager >>