Vote de confiance : Ayrault appelle à soutenir le gouvernement Valls

Cette après midi, le mardi 16 septembre, Manuel Valls va s’exposer avec son gouvernement à un vote de confiance. Un nouveau moment clé dans la politique française qui fait suite aux bouleversements connus lors de cette rentrée politique très difficile pour le gouvernement de Valls.

Jean Marc Ayrault soutiendra le gouvernement

L’ancien premier ministre vient de s’exprimer dans une longue tribune publiée sur Le Monde. Il explique pourquoi il votera la confiance lors de la session de l’Assemblée Nationale de cette après midi.

Pour lui, il est important de “faire bloc” et de montrer un soutien inconditionnel au président de la république pour réussir à “redresser notre pays, réorienter l’Europe et peser sur le règlement des conflits internationaux”.

Un vaste programme donc ! Mais il réitère son engagement tout au long de sa déclaration faisant bien comprendre que soutenir le nouveau gouvernement de Valls et donner la priorité au “rassemblement” est l’unique moyen de redresser la France.

Vote de confiance : le gouvernement Valls soutenu par Ayrault

Pour Jean Marc Ayrault soutenir n’est pas s’affaiblir

L’ancien premier ministre explique également que afficher un soutien au gouvernement Valls n’est pas synonyme d’une uniformisation de la pensée. Il précise que les “propositions alternatives sont précieuses” et que “le débat est sain”.

D’après lui il faut donc consolider la structure politique française mise à mal ces derniers temps par le livre de Valérie Trierweiler, les sondages sur la baisse de popularité du Président et les scandales politiques. Ensuite viendra le temps d’un débat constructif pour redresser la France et l’impliquer de manière plus pertinente dans les débats internationaux.

En attendant de voir si les autres membres de l’Assemblée Nationale vont suivre cette manière de pensée et donner leur confiance au gouvernement, il faudra guetter les résultats du vote de cette après midi.

Manuel Valls, lui, se déclare confiant “sauf cas d’accident” et pense pouvoir régler cette crise politique dans la cohésion et l’union des forces politiques françaises. Quant au président de la république, François Hollande, il ne s’est pas encore exprimé sur le sujet pour le moment.

Partager >>