Un troisième otage abattu selon l’Etat islamique

Si l’on en croit les dires des porte-parole de l’Etat islamique, un troisième otage aurait été tué entre samedi et dimanche, dans la nuit. Il s’agirait d’un protagoniste de l’ONG Acted, David Haines. L’homme aurait été décapité, afin d’afficher clairement le mécontentement de l’Etat islamique face à l’entrée du Royaume Uni dans le conflit contre celui-ci, aux côtés des américains. Une vidéo de 2 minutes 27 secondes a été mise à disposition des alliés, et si celle-ci s’avère être authentique, on pourrait alors compter un troisième mort parmi les otages dans cette affaire. Rappelons qu’avant David Haines, James Foley et Steven Sotloff ont également subi une décapitation, images à l’appui, après leur enlèvement.

Une vidéo qui tient lieu d’avertissement

Ainsi, les protagonistes de l’Etat islamique ayant fait passé ce message n’hésitent pas à se montrer particulièrement virulents dans la vidéo adressée au Royaume-Uni, en condamnant fermement le fait que le pays s’allie aux Etats-Unis.

Le bourreau qui prend la parole annonce qu’il pourrait bien également exécuter un quatrième otage dans la foulée, également d’origine britannique. Actuellement, les alliances se créent en défaveur de l’Etat islamique, afin de lutter contre cette organisation, en mettant en place une véritable coalition. Cela semble ne pas avoir plu aux représentants de l’Etat islamique, ce qui explique alors cet acte barbare.

Un acte inhumain

Immédiatement, les réactions des Etats de la coalition s’est faite entendre, notamment par le biais de François Hollande qui a qualifié le meurtre d’abject et lâche. Le ministre des affaires étrangères allemand a également pris la parole pour dénoncer cet « acte odieux de violence barbare ». De même, l’ONG Acted a fait part de son bouleversement face à l’assassinat de ce troisième otage.

Cette montée de violence et de règlements de compte par le biais de meurtres et de vidéos va-t-elle connaître finalement une accalmie ? C’est en tout cas que ce l’on espère à l’heure qu’il est, un peu partout dans le monde.

Partager >>