17 milliards d’euros français dans les banques belges

Cela n’est pas une découverte qui date d’aujourd’hui bien entendu, mais les dernières études sur le sujet ont de quoi faire réfléchir, d’autant plus qu’elles concernent les plus fortunés d’entre nous. En effet, 20 des 1000 plus grosses fortunes françaises ont décidé d’aller placer leur argent ailleurs, plus exactement en Belgique, pays beaucoup plus clément en matière de fiscalité pour la gestion de patrimoine. Ce sont donc en tout 17 milliards d’euros qui auraient quitté nos banques pour aller rejoindre celles de notre voisin européen, doté de taxes moins importantes sur les grosses fortunes, représentant bien sûr un manque à gagner de notre côté.

Des chiffres révélés aujourd’hui

C’est dans le quotidien économique l’Echo que l’on a pu découvrir ces chiffres plutôt éloquents, concernant ce départ de nos richesses. Et bien sûr, ce n’est pas forcément un déménagement concret qui est concerné, mais plutôt le fait que certains biens ou sociétés sont hébergées en Belgique pour certains de nos milliardaires.

C’est le cas par exemple pour Bernard Aynault, à ce jour le plus riche de France, qui a placé des entreprises en Belgique pour profiter de la fiscalité sur place, il y a déjà une quinzaine d’années. Bien entendu, d’autres ont également misé sur cette méthode pour gagner davantage, comme le groupe Delhaize par exemple, qui a procédé ainsi déjà en 1983.

Ils boudent la fiscalité de la France

Plus concrètement, on pourra évoquer également la famille détenant Auchan, ainsi que Gérard Depardieu, Bernard Tapie ou Arthur qui détient une fortune de plus de 200 millions d’euros, parmi les plus connus. Mais d’autres dont le nom ne vous dira rien ont également franchi le pas, et la raison est déjà toute trouvée : il n’existe pas en Belgique d’ISF ou d’équivalent, et la taxe sur le capital est beaucoup moins importante qu’en France.

Cela explique probablement pourquoi ces fortunes ont quitté nos terres pour s’établir ailleurs, résultat de toutes les mesures prises pour taxer davantage les détenteurs de gros capitaux.

Partager >>