Achat de tabac à la frontière : pas plus de 4 cartouches

Les consommateurs de tabac vont sans doute prendre la nouvelle comme un coup du sort : dorénavant, il ne sera plus possible de ramener plus de 4 cartouches de cigarettes de l’étranger, plus précisément de nos voisins frontaliers. En effet, nombreux sont ceux qui régulièrement profitent de notre proximité avec d’autres pays pour s’approvisionner en cigarettes.

On pourra citer par exemple l’Espagne ou la Belgique, où les prix sont beaucoup moins inférieurs. L’ennui, c’est que si certains utilisent cette méthode pour leur propre consommation, d’autres en revanche se rendent à l’étranger pour acheter des cigarettes à revendre.

Pour empêcher la revente

Il y a encore quelques jours, on pouvait encore acheter et passer en France une dizaine de cartouches de cigarettes en provenance de ces pays frontaliers, ce qui était relativement confortable pour les fumeurs.

Cependant, certains profitaient de cette quantité importante pour en faire un véritable commerce. Avec les taxes qui font évoluer le prix du tabac à la hausse régulièrement, les temps sont durs, mais le trafic et le marché noir sont largement encouragés.

Dorénavant, cette limite publiée vendredi 6 septembre, fera le malheur des trafiquants, qui devront alors se rendre plus régulièrement à la frontière pour se réapprovisionner.

Plus compliqué pour les fumeurs

En revanche, certains fumeurs risquent bien de s’en plaindre, car ils devront effectuer des allers retours plus fréquents au sein de ces pays frontaliers pour pouvoir espérer payer leurs cigarettes moins cher. Cela engendre forcément un coût global plus important, puisque le trajet est bien entendu comptabilisé, péages ou carburants.

Cette autorisation qui permettait donc de passer de 5 à 10 cartouches, prise il y a à peine un an, n’aura alors pas duré bien longtemps.

Ce retour en arrière va probablement être largement critiqué, et justifié par le ministère par un moyen de favoriser les mesures de santé publiques prises à l’encontre du tabac et de sa consommation, tuant des millions de personnes chaque année.

Partager >>