Le nouveau gouvernement marque un tournant vers une politique libérale ?

Beaucoup de changements pour le nouveau gouvernement formé par Manuel Valls. Le plus étonnant d’entre eux pourrait bien être la nomination d’Emmanuel Macron à la place de ministre de l’économie. Son premier discours officiel ouvre la brèche pour abolir les 35 heures dans l’entreprise !

Emmanuel Macron : son interview où il ouvre la possibilité de supprimer les 35h

Alors que Manuel Valls avait déclaré il y a quelques semaines qu’il était hors de question de changer de cap dans la politique économique menée par le gouvernement de François Hollande, il semble que cette idée soit révolue et que le nouveau gouvernement formé mardi 26 août prenne de nouvelles orientations. On parle en priorité de la suppression des 35 heures dans les entreprises. Certes le conditionnel est utilisé pour décrire cette idée et les entreprises en difficulté peuvent déjà déroger à cette règle sociale avec l’accord des syndicats, mais la proposition est bien là. Dans le cadre d’accord majoritaires avec tous les acteurs de l’entreprise, il serait possible d’abolir la sacro sainte loi des 35 heures au cas par cas.

emmanuel macron nouveau ministre economie

Le discours d’Emmanuel Macron au MEDEF fait polémique

Le second changement de cap vers une politique plus libérale est survenu lors du discours du nouveau ministre de l’économie, Emmanuel Macron (qui remplace Arnaud de Montebourg suite à son coup d’éclat et à la démission du gouvernement lundi 25 août), a prononcé un discours étonnant. Loin des idées socialistes, il s’est montré très ouvert au monde du patronat et à déclarer son amour de l’entreprise. Son discours est clair, il veut libérer les énergies françaises pour créer de l’activité et reste prêt à changer la politique économique du pays pour permettre ce tournant.

En attendant de voir quelles seront les mesures économiques qui vont être concrètement mises en place par la nouvelle équipe, il y a fort à parier que les déclarations très libérales réalisées par le gouvernement pourraient bien annoncé un changement radical de politique intérieure et économique. Arnaud de Montebourg ne devait pas se douter que ces déclarations publiques engendreraient tout ce changement !

Partager >>