Echec de Galileo : une facture à plus de 200 millions d’euros pour l’Union Européenne

Galileo, le projet de GPS entièrement financé par l’Union Européenne avait déjà fait grincé des dents lors de l’annonce du budget total investi. Avec l’échec de la mise en orbite des deux satellites, la facture devrait augmenter de 200 millions d’euros ! Une nouvelle mal accueillie dans ces temps de crise

Galileo : l’échec de la mise en orbite des satellites coutera 200 millions d’euros

C’est donc officiel ! D’après Alain Dupas (expert en équipement spatial), l’échec de la mise en orbite des satellites Sat-5 et Sat-6 du programme Galileo pas moins de 6000 kilomètres en dessous de l’orbite initialement prévue devrait coûter la modique somme de 200 millions d’euros. Le problème c’est qu’il est très peu probable de pouvoir réajuster la trajectoire et l’orbite de ces deux satellites. Les données captés par Sat-5 et Sat-6 ne correspondront pas non plus aux attentes des experts du programme de GPS. Tout l’investissement financier et temporel pour l’envoi de ces deux satellites est donc définitivement perdu ! Et c’est l’Union Européenne, responsable du projet qui va devoir payer la facture qui s’élève à 100 millions par satellite soit 200 millions au total !

Echec de Galileo : 200 millions d’euros annoncés pour l’Union Européenne

Galileo : un projet remis au coeur de la polémique avec l’échec de la mise en orbite

7 milliards d’euros c’est le coût total du projet Galileo lancé en 2005 par l’Agence Spatiale Européenne et l’Union Européenne ! Pour achever le projet, il faut attendre la mise en orbite (sur la bonne cette fois) d’une vingtaine de satellites coutant environ 40 millions chacun. A ce prix, il faut ajouter le tarif de la mise en orbite par une fusée qui s’élève en moyenne à 60 ou 70 millions d’euros.

Le problème avec l’échec de ces deux satellites c’est que personne n’est encore en mesure de chiffrer l’impact total financièrement. Les 200 millions d’euros correspondent au prix des satellites et de leurs lancements mais il y a fort à parier que les mois de retards accumulés engendreront également des pertes financières. Le projet de navigation GPS de Galileo n’est donc, au final, pas près de voir le jour ! Il faudra faire patienter tous les invesitsseurs privés et l’Union Européenne ne pourra pas exploiter les données avant la fin totale du projet.

Partager >>