Japon : un traitement contre Ebola disponible depuis Mars dernier

La nouvelle vient de tomber, le pays du soleil levant possèderai un traitement efficace contre le virus Ebola et qui serait déjà homologué depuis le mois de Mars dernier ! Mais qu’attend l’OMS pour diffuser ce remède aux populations touchées en Afrique ?

Le Japon en possession d’un traitement contre Ebola depuis Mars

Le nom de ce traitement c’est le Favipiravir ou autrement appelé T-705. Il serait homologué depuis le mois de Mars au Japon mais il reste encore la phase d’essais cliniques à effectuer aux Etats Unis. Alors que les deux médecins américains avaient été sauvés grâce à l’injection du sérum ZMapp, Barack Obama avait décidé qu’il était encore trop tôt pour diffusé ce traitement expérimental en Afrique. Seulement, l’urgence de la situation justifie les moyens ! La République du Congo vient d’être touchée également par l’épidémie d’Ebola qui ravage déjà quatre pays de l’Afrique Occidentale.

Japon : en possession d’un traitement contre Ebola depuis Mars dernier

Face à l’urgence le Japon envisage de contourner l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé a également déclaré qu’il était trop tôt pour diffuser ce remède fabriqué au Japon, le Favipiravir aux populations africaines. Il n’est pas facile de comprendre la position de l’OMS qui avait pourtant annoncé l’autorisation de traitements expérimentaux dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola.

Le pays du soleil levant se dit lui, prêt à diffuser le traitement dès maintenant. Il affirme être dans la capacité de prendre en charge les soins de plus de 20 000 personnes atteintes d’Ebola. Mais en attendant le feu vert de l’Organisation Mondiale de la Santé, ce traitement reste encore à l’état d’essai clinique aux Etats Unis.

Pour contourner l’OMS et prouver l’efficacité de son remède, la compagnie Tomaya Chemical qui a crée le traitement a fait une annonce retentissante ! Elle propose à toutes les personnes (ciblant principalement les personnels soignants exposés au virus) de leurs fournir des doses de Favipiravir pour les soigner d’Ebola. Même si la compagnie précise que tous les cas de demande seront étudiés et validés selon les circonstances, c’est une des premières fois qu’une compagnie propose de diffuser un traitement non autorisé encore par l’OMS.

Partager >>