Arnaud de Montebourg “passe à l’attaque” : est-il allé trop loin ?

Le climat politique actuel en France n’est pas au beau fixe ! Entre les sondages qui annoncent des chutes de popularité record pour le président et le premier ministre, le duo exécutif n’avait pas besoin des déclarations acerbes d’Arnaud de Montebourg. Lors de son discours pour la Fête de la Rose, le ministre de l’économie est-il allé trop loin ?

Arnaud de Montebourg attaque directement Manuel Valls et la politique d’Hollande

Des déclarations acerbes, directes et nominatives… Arnaud de Montebourg n’a pas fait dans la dentelle lors de son discours pour la Fête de la Rose à Frangy en Bresse ce dimanche dernier. Le ministre de l’économie a donc commencer par demander au couple exécutif François Hollande et Manuel Valls d’entamer un changement radical et indispensable, “une inflexion majeure” dans ses propres termes. Puis Arnaud de Montebourg, soutenu dans ces propos par Benoit Hamon, le ministre de l’Education a continuer sa tirade en précisant qu’il été près à proposer des solutions économiques alternatives devant “la gravité de la situation”.

Accueili avec ferveur par le parterre de politiques regroupés pour l’occasion de a Fête de la Rose, ce discours politique et polémique n’est pas passé inaperçu à l’Elysée et les réactions des autres membres du gouvernement ne se sont pas faîtes attendre !

Arnaud de Montebourg attaque le gouvernement : est-il allé trop loin ?

L’éclat de colère d’Arnaud Montebourg pourrait bien fragiliser tout le gouvernement

Que ce soit dans le Parti Socialiste ou du côté d l’opposition, les réactions ont été les mêmes, c’est offusqués qu’ils demandent tous à François Hollande de prendre ses dispositions face à cette polémique. Si l’opposition envisage même une sanction exemplaire faisant sortir Arnaud de Montebourg du gouvernement, les membres du PS restent plus modérés. Le député d l’Esonne, Monsieur Carlos Da Silva a déclaré que le ministre de l’économie devrait se pencher sur la recherches de solution plutôt que lancer des débats stériles et dangereux pour la cohésion de la politique de la France… Le climat politique n’étant déjà pas bien rose avec l’annonce des sondage Ifop qui soulignent une perte de 9 points de popularité pour Manuel Valls (pour atteindre les 36% de contentement) et bas un record historique pour François Hollande qui stagne aux altnours de 11% de popularité.

Partager >>