Tétrachlorure de carbone : des fuites inexpliquée de cette substance interdite

Cette substance chimique appelée Tétrachlorure de carbone est interdite dans le monde depuis plus de 30 lors de la signature du Protocole de Montréal. Le problème c’est que la NASA vient de découvrir d’importants nuages qui attaquent la couche d’ozone.

Le Tétrachlorure de carbone devrait diminuer de 4% par an

Depuis l’interdiction d’utilité le Tétrachlorure de carbone qui se trouvait principalement dans les extincteurs et les produits de lavage à sec dans les pressings, les taux présents dans l’atmosphère devait baisse de 4% par an. Le problème c’est que les quantités de Tétrachlorure de carbone  ne baissent pas aussi vite que ce qui était prévu. En effet, la quantité se réduit à peine d’1% par an alors que tous les pays ont signés le protocole interdisant son utilisation, son exploitation ou son rejet dans les environnements naturels.

Les experts ne comprenaient pas pourquoi ce Tétrachlorure de carbone  ne disparaissait pas plus vite de l’atmosphère, la réponse vient d’être trouvée avec l’observation d’énormes nuages qui stagnent au dessus de notre planète.

Tétrachlorure de carbone : cette substance interdite depuis 30 ans détruit la couche d’ozone

Tétrachlorure de carbone : d’où viennent ces fuites ?

D’après la NASA qui vient d’observer ce phénomène étonnant, il y aurait deux options possibles pour expliquer la présence de tout ce Tétrachlorure de carbone dans l’atmosphère.

Soit certaines usines ne respectent pas le Protocole de Montréal et continuent à exploiter et rejeter cette substance dangereuse soit il existes des sources encore inconnues qu’il faut trouver absolument avant qu’il ne soit trop tard. En effet, le Tétrachlorure de carbone attaque la couche d’ozone de manière très rapide et permet aux UV notamment de pénétrer dans notre atmosphère.

Le Tétrachlorure de carbone avait donc été totalement interdit pour tenter de réduire sa quantité dans l’espace mais les taux observés restent toujours trop importants pour ne pas aller alarmer les scientifiques.

En attendant de connaître de manière certaine l’origine de ces émissions de Tétrachlorure de carbone , il va falloir mener des enquêtes à un niveau international pour stopper définitivement l’utilisation de cette substance toxique.

Chaque pays devra donc pouvoir apporter la preuve qu’il n’utilise plus aucune production nécessitant du Tétrachlorure de carbone.

Partager >>