Des combattantes françaises arrêtées juste avant de partir pour le Jihad en Syrie

Les deux jeunes filles françaises se sont rencontrées sur les réseaux sociaux et ont décidé de partir ensemble en Syrie suivre un stage de commando avec le Jihad. Agée de 15 et 17 les deux adolescentes n’ont cependant pas pu quitter la France car les autorités, alertées par la famille, sont intervenues à temps !

Jihad : deux adolescentes françaises arrêtées avant de partir en Syrie

Les deux jeunes filles sont âgées de 15 ans pour la plus jeune et 17 ans pour la seconde. Elles se sont rencontrées sur des réseaux sociaux en partageant leurs envies de rejoindre le Jihad et les camps d’entrainements en Syrie. L’une habitait Lyon et la seconde à Tarbes et leur projet de quitter la France pour rejoindre les combattants du Jihad allait se réaliser.

La famille d’une des deux jeunes adolescentes s’est inquiétée du comportement changeant de leur fille. Ils ont alors fait des recherches et découvert le projet de leur enfant. Alarmés, c’est auprès des autorités locales qu’ils se sont tournés pour tenter d’empêcher les deux jeunes filles de quitter la France. La Préfecture de Région des Hautes Pyrénées a lancé une enquête qui a permis d’interpeller les deux jeunes filles à Lyon et Tarbes avant leur départ.

Jihad : deux adolescentes françaises interpellées avant rejoindre la Syrie

Jihad : de plus en plus de combattants français s’engagent

Les chiffres annoncés sont à prendre avec des pincettes mais selon les autorités c’est plus de 200 français qui seraient déjà partis en Syrie rejoindre les camps d’entrainement du Jihad. Sur la totalité de l’Europe, le chiffre s’élève à 1600 jeunes partis s’entrainer.

Toutes ces personnes peuvent être arrêtées sous le motif “d’association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes”. En août dernier c’est un franco marocains qui a été arrêté à l’aéroport de Roissy Charles de Gaule après avoir été expulsé par les autorités Turques alors que le jeune homme s’était réfugié en Turquie.

Il n’y a pas encore de solution durable pour tenter d’éviter à ces adolescents européens de rejoindre les camps d’entrainement des jihad mais les exemples des deux jeunes filles interpellées pourraient bien faire prendre conscience de la gravité de cet acte.

Partager >>