Embargo Russe : l’Europe contre attaque avec 125 millions d’euros

La Russie vient de lancer son embargo contre l’Union Européenne au niveau de l’approvisionnement en fruits et légumes. Le gouvernement de Vladimir Poutine refuse donc de faire entrer de la marchandise européenne en Russie. L’Union Européenne va donc débloquer des fonds pour tenter d’atténuer les répercutions économiques sur les agriculteurs.

Un embargo Russe juste pendant la période des récoltes

Le problème c’est que les agriculteurs européens sont au milieu de leur période de récolte de fruits et légumes. C’est donc un moment crucial pour la vente de leurs produits et l’écoulement des stocks. Or la Russie a choisi ce moment précisément pour bloquer toutes ses importations en provenance des pays de l’Union Européenne.

Les mesures de l’Union Européenne pour les agriculteurs

La volonté de l’Union Européenne est de ne pas déclencher de conflit ouvert avec le pays de Vladimir Poutine mais bien de montrer à cette forte puissance qu’elle n’est pas indispensable au bon développement de l’économie européenne. Leur plan est donc de mobiliser la somme de 125 millions d’euros qui seront répartis sous forme d’aide aux différents corps de métier pénalisés par cet embargo. Les agriculteurs des pays européens pourront ainsi éviter de voir leurs revenus fondre à cause de cette décision politique. La question de la répartition exacte des aides n’a pas encore été précisé officiellement. Ni la manière dont ces aides vont influencer la politique interne française.

L’embargo Russe contré par 125 millions d’euros de l’UE aux agriculteurs

Quelles solutions d’approvisionnement pour la Russie ?

Quand à la Russie, il va falloir qu’elle assume les conséquences économiques de sa décision politique. Comment va-t-elle nourrir sa population ? Les premières pistes de solutions s’orientent vers des fournisseurs appartenant aux pays émergents (Brésil et le reste de l’Amérique du Sud notamment l’Argentine qui peut voir dans cette opportunité une solution pour sortir de la crise économique). Mais cela risque de compromettre la fraicheur des produits consommés et d’augmenter significativement le coût de la vie pour la population. L’autre possibilité est que la Russie passe des arrangements avec des pays comme le Kazakhstan ou la Biélorussie pour pouvoir continuer à être approvisionnée en produits frais.

Reste à savoir combien de temps l’embargo tiendra-t-il et quelles seront les conséquences pour les populations et les gouvernements en place.

Partager >>