Chikungunya : développement du vaccin presque terminé !

L’épidémie de Chikungunya se développe rapidement, son vaccin aussi ! Pour une des premières fois, des essais cliniques sur des volontaires sains ont été menés aux Etats Unis. Les résultats semblent très encourageant et le système immunitaire s’est bien adapté aux injections du vaccin. La prochaine étape c’est donc de tester les injections de vaccin dans le milieu où le chikungunya sévit.

Chikungunya : le vaccin et ses caractéristiques

La vaccin contre le Chikungunya est donc en passe d’être testé dans sa dernière phase : celle dans la zone où la maladie se développe. D’après la revue scientifique anglaise The Lancet, les résultats des premières phases de test cliniques sont très positifs.

D’après le docteur Julie Ledgerwood qui s’occupe du développement du vaccin au National Institute of Health aux Etats Unis, les niveaux d’anticorps développés par les patients traités avec le vaccin seraient plus que satisfaisants.

En effet, après la vaccination (3 injections), les tests ont été effectués près de 11 mois plus tard et les taux d’anticorps étaient aussi importants que chez les personnes atteintes du Chikungunya et guéries que chez les patients sains ayant reçu les injections.

Chikungunya : le vaccin est presque terminé

Chikungunya, quelles suites pour cet espoir de vaccin ?

Le gros problème de la diffusion du vaccin, c’est la coût d’un test effectués non plus sur des volontaires dans un cadre hospitalier mais bien sur la zone endémique (là où l’épidémie fait rage). Les coûts de ces essais pré cliniques qui sont obligatoires avant la mise en vente et la distribution du vaccin peuvent atteindre les 370 millions d’euros. Même si les chercheurs essayent de réduire les coûts au maximum, il faudra compter au minimum 150 millions d’euros.

En attendant de débloquer les fonds nécessaires et les chercheurs disponibles pour aller mener ces essais dans les Caraïbes qui subissent cette épidémie depuis des mois, il faudra encore attendre quelques mois au plus tôt avant d’envisager une diffusion majeure. Il faudra ensuite penser à créer une version spécialement dédiée aux enfants pour que les plus jeunes puissent également être protégés sur la longue durée.

Il faut rappeler que le chikungunya est une maladie qui peut être fatale pour les sujets affaiblis (personnes âgées, enfants, …). Fortement développée dans les îles des Caraïbes, ce virus qui se transmet via une piqûre de moustiques est arrivée sur les cotes de l’Europe du Sud depuis l’année 2000.

Partager >>