Virus Ebola, le remède miracle en test par les américains

Deux médecins américains : Dr Kent Brantly et le missionnaire Nancy Writebol sont rentrés sur le territoire américain avec des symptômes correspondants au virus Ebola. Traités avec un remède expérimental développé par la compagnie Mapp, les effets d’Ebola semblent s’être atténués et leur état de santé est sur la voie de l’amélioration… Un traitement efficace a-t-il été finalement trouvé pour mettre fin à cette épidémie massive ?

Virus Ebola : le traitement testé par les Américains semble efficace

C’est sous l’impulsion de trois spécialistes du virus Ebola que les premiers traitements expérimentaux viennent d’être lancés. Le scientifique qui a découvert Ebola, Peter Piot, ansi que deux chercheurs, David Heymann et Jeremy Farrar ont saisis l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) pour le test et la diffusion auprès des populations africaines de ces traitements expérimentaux.

Un traitement testé sur deux médecins américains infectés par le virus Ebola

C’est officiel, les symptômes observés chez les deux médecins en poste en Afrique Occidentale sont atténués par une injection de sérum ZMapp crée par la compagnie spécialiste en biotechnologie Mapp. C’est dans le centre de prévention des maladies d’Atlanta que les tests ont eu lieu.

Le remède contre Ebola réalisé à partir de feuilles de tabac

Ce fameux sérum ZMapp est constitué de trois anticorps monoclonaux capable de lutter contre le virus Ebola. Réalisé à partir d’extraits de feuilles de tabac modifiées ce sérum pourrait également être la base d’un vaccin préventif.

virus ebola

La progression du virus Ebola s’accélère : le traitement doit être rapidement diffusé

La situation est en train de prendre des allures de catastrophes mondiales car l’évolution de l’épidémie s’accélère rapidement. De nombreux pays comme la France déconseille tout voyage dans les zones touchées (Guinée, Sierra Léone, Libéria et Nigéria). Certaines compagnies aériennes comme British Airways et Emirates ont totalement supprimé les liaisons à destinations des villes principales de ces pays comme Monrovia au Libéria et Freetown en Sierra Léone.

Les derniers chiffres du rapport de l’OMS du 4 août

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé dans son dernier rapport du 4 août 2014, plus de 163 nouveau cas ont été recensés entre le 30 juillet et le 1er août. Une augmentation fulgurante du nombre de contamination par Ebola. Ce qui porte le chiffre total de malades à 1600 cas identifiés.

GUINEA-HEALTH-EBOLA

Ebola se propage dans le monde à vitesse éclair

L’impuissance de l’OMS et des autorités locales des pays africains concernés à endiguer la prolifération du virus Ebola devient inquiétante. Un malade est décédé à Lagos, la plus grande ville du Nigéria qui est un point de circulation stratégique pour toute l’Afrique. Un homme a été mis en quarantaine en Arabie Saoudite et semble souffrir des mêmes symptômes (fièvre hémorragique) que ceux du Ebola et une femme à Marseille est gardée sous haute surveillance.

Le traitement contre Ebola : les inégalités du système et les limites de son efficacité

Le problème majeur c’est qu’entre ceux qui refusent pour des raisons éthiques de tester le traitement à plus grande échelle et le coût du sérum en lui même, le délai avant de pouvoir traiter les populations africaines risque d’être rallongé.

Ebola : le remède n’est encore qu’à l’état de test

Comme le rappelle le Dr Anthony Fauci, directeur du NIAID (Institut Américain des Allergies et des maladies infectieuses), le remède n’est qu’à l’état de test. Les résultats encourageant sur les deux docteurs américains doivent être relativisés, il déclare même “nous ne pouvons pas dire à ce stage que ce traitement est prometteur”.

Il faudra attendre le mois de septembre pour commercer des essais cliniques sur des personnes entièrement volontaires pour pouvoir étudier les effets du sérum ZMapp et des autres traitements en cours de développement. Le remède serait ensuite testé sur des malades puis diffusé à grande échelle. Mais peut être sera-t-il trop tard et le virus Ebola se sera fortement propagé d’ici le mois de novembre.

l’OMS dénonce des inégalités face au traitement du virus Ebola

Pour les trois chercheurs Peter Piot, David Heymann et Jeremy Farrar, il est indispensable que l’OMS prennent ses responsabilités et lance une opération massive en Afrique pour protéger et traiter les locaux mais aussi tous les personnels des hôpitaux qui sont très exposés aux risques de contagion.

La différence, selon eux, vient de la situation géographique et économique des pays touchés.

Ils dénoncent le fait que si l’épidémie s’était déclarée dans un pays développé, des négociations avec les laboratoires et les chercheurs auraient déjà commencées depuis longempts pour pouvoir choisir et distribuer les remèdes les plus efficaces.

Partager >>