Un troisième policier suspecté dans l’affaire de la cocaïne volée au Quai des Orfèvres

Cette affaire est en train de prendre des allures de feuilleton policier à la télé ou de roman tellement les rebondissements et les mystères se succèdent. Après les deux premiers policiers mis en garde à vue, c’est donc un troisième qui serait impliqué dans cette histoire de vol sans effraction d’un stock de cocaïne conservée au sein de la chambre forte du 36 Quai des Orfèvres… Tentons de faire la lumière sur ce vol étonnant !

Trois suspects pour un vol de cocaïne très bien organisé au quai des Orfèvres

Difficile d’imaginer que les 52, 6 kilos de cocaïne ont été dérobés au sein de la chambre forte du Quai des Orfèvres. Ce vol très bien orgnisé et sans effraction n’a pas pu avoir lieu sans la complicité de certains policiers appartenant aux services du Quai des Orfèvres.

Trois hommes sont aujourd’hui en garde à vue et semblent avoir d’étroits liens entre eux qui pourraient être le signe d’une certaine connivence.

Des liens de plus en plus évident entre les trois policiers pour le vol de cocaïne au Quai des Orfèvres

Le dernier policier qui vient d’être arrêté ce mardi matin n’appartient pas à la brigade des stupéfiants comme les deux premiers. Il est rattaché à la Police Aux Frontières (PAF), qui travaille en étroite collaboration avec les stups.

Cependant le lien est plus étroit entre ce dernier suspect et le premier policier arrêté. Les deux hommes sont des “amis proches” selon les dires du troisième policier et leurs relevés de téléphone respectifs montrent bien en effet des échanges fréquents et rapprochés surtout ces derniers jours et juste avant la mise en garde à vue du policier.

Le troisième policier s’est rendu de lui même au Quai des Orfèvres pour être entendu sur le vol de cocaïne

Le dernier policier impliqué dans cette affaire s’est de lui même présenté à sa hiérarchie et est actuellement entendu en tant que témoin et non comme suspect. La police espère que ce comportement volontaire permettra d’apprendre plus d’informations sur les mystères de cette affaire de vol de cocaïne.

L’affaire de la cocaïne volée au 36 quai des Orfèvres : un troisième policier suspecté

Une clé sécurisée a permis l’accès à la cocaïne : qui l’ a fournie ?

Tout le mystère de cette affaire de vol de cocaïne tourne autour de cette salle des scellés, une chambre forte très sécurisée et dont seul trois personnes au 36 Quai des Orfèvres en possède la clé. Comme dans un jeu de Cluedo, les inspecteurs tentent donc de trouver le ou les responsables.

Seules trois personnes détiennent cette fameuse clé au Quai des Orfèvres

Officiellement, les seules personnes ayant accès à un jeu de clé sont : le chef de l’Etat Major, le directeur du service des stupéfiants et l’adjoint au directeur du service des stups.
Il semble peu probable qu’une de ces trois personnes en charge soit impliquée dans cette affaire de vol de cocaïne et aucune d’entre elles n’est pour l’instant entendue par la justice ou la police des polices.

Un double de la clé réalisé grâce à la complicité d’un des policiers ?

Cette hypothèse tournant autour de la réalisation d’un double de la clé par l’un des policiers de la brigade des stupéfiants ou de la Police aux Frontières semble être la plus probable selon les enquêteurs.

Lors de la perquisition du domicile du premier policier mis en garde à vue, les agents de sécurité ont retrouvé plus de 20 000 euros en liquide. Si la garde à vue du suspect est prolongée de 48h, sa femme est en même temps convoquée pour être questionnée sur les revenus du couple et leur niveau de vie. Le policier clame toujours son innocence et déclare avoir remporté cette somme en liquide en participant à des jeux d’argent en ligne.

En attendant de faire la lumière sur cette affaire et de comprendre les rôles de chacun des personnage impliqués, plus de 50 kilos de cocaïne sont toujours en libre circulation. Et, pour l’instant, aucun des suspects n’a encore été désigné comme coupable et personne ne connait les réelles circonstances de ce vol. Une situation qui peut être embarassante pour la séucirté des autres objets garder sous scellé au Quai des Orfèvres.

Partager >>