Choses à savoir sur le tatouage pour hommes.

Le tatouage est un art noble puisant ses sources dans la culture polynésienne, du moins étymologiquement, car il s’agit d’un art millénaire se retrouvant dans de nombreuses civilisations.

Nul ne sait donc quand et où il a réellement pu apparaître. Au 20° siècle, et en occident, il faut reconnaître que les tatouages furent principalement l’apanage des bikers, rockers voire même des taulards, faisant ainsi quelque peu état d’une certaine marginalisation. Cependant, depuis une vingtaine d’années, les tatouages ont su retrouver une certaine respectabilité, pour ne pas dire un réel engouement.

La jeunesse en quête d’exploration a su se l’approprier et la remettre au goût du jour, pour en faire une tendance incontournable de sa génération.

Le renouveau du tatouage.

Cette appropriation de cette culture du tatouage s’est bien sur accompagnée d’une certaine modification de ses codes. L’encanaillement a ses limites… Oubliez les couleurs fades (gris, noir ou bleu) et les tracés sans originalité (ancres et autres ) que l’on pouvait observer sur les peaux burinées de leur propriétaire.

Désormais les tatoueurs rivalisent d’imagination et de techniques pour en faire de véritables œuvres d’art. Leur tracé sait se faire bien précis, graphique et design, et ils arborent des couleurs extrêmement vives. Le tatouage a ainsi réussi sa révolution esthétique et technique.

Certains de ces tatoueurs sont d’ailleurs devenus de véritables artistes à la reconnaissance internationale.

Citons par exemple le français « Belly Button » ou bien le belge Alex Wuillot, dont la complexité des réalisations est remarquable. Des émissions comme Miami Ink ont également participé à l’essor de cet art.

La fin de la transgression pour le tatouage ?

Cette appropriation sans limite de cet objet de transgression n’est t elle cependant pas paradoxale ?

En effet, nombreux sont les professionnels du tatouage à déplorer la perception du tatouage comme une mode, l’exposant à des critiques publiques. On retrouve ainsi de plus en plus de personnes étrangères à ce monde qui s’y engouffrent pour le perturber.

Que ce soit des professionnels chez qui naissent divers problèmes (hygiène etc…), ou bien parmi la clientèle succombant futilement à cet effet de mode. Ainsi, combien sont les personnes qui, après quelques années de fierté, n’auront qu’une envie c’est de s’en débarrasser ?

Alors que la première des caractéristiques en est normalement l’indélébilité…

Peut on compter ceux là comme des personnes méritant un tatouage ? Cependant si vous en êtes, nous vous excusons et vous rassurons en vous informant des techniques de plus en plus poussées en ce qui concerne l’effacement de tatouage.

Et pour les puristes, sachez que le musée du quay branly à Paris accueille en ce moment l’exposition « Tatoueurs, tatoués » jusqu’au 19 juillet 2014.

Partager >>