Michel-Edouard Leclerc prône une concurrence accrue concernant les médicaments

Le débat n’a pas fini de faire parler de lui, et ne date pas d’hier. Aujourd’hui les médicaments coûtent cher, de plus en plus, et bien sûr cela se fait au détriment du consommateur. Il y a quelques années, un grand nombre de médicaments étaient encore remboursés, du moins en partie. Mais chaque année leur nombre diminue ce qui oblige alors les patients à mettre la main à leur portemonnaie pour se soigner, d’où l’intérêt de faire baisser les prix. C’est ce que pense également Michel-Edouard Leclerc qui s’est exprimé sur France Info mardi matin sur le sujet des produits liés à la santé.

Absolument contre le prix unique

Ce que proposent aujourd’hui les pharmaciens, c’est un prix unique du médicament pour éradiquer la concurrence. Au contraire, Michel-Edouard Leclerc pense de son côté que l’on pourrait faire baisser de façon considérable le prix des médicaments, simplement en changeant leur mode de distribution, et ce sans oublier de permettre aux pharmaciens (et non aux officines) de conserver le monopole de la distribution des médicaments.

Michel-Edouard Leclerc prône une concurrence accrue concernant les médicaments

C’est une baisse située entre 20 et 25% que l’on pourrait attendre en appliquant ces méthodes énoncées par ce leader de la grande distribution.

Pas encore d’actualité

Pour le moment, le fait de pouvoir acheter ses médicaments dans une grande surface n’est pas d’actualité, mais qui sait ce que nous réserve le futur ? Pour finir son intervention, le PDG de Leclerc a également mentionné le fait que le droit d’entrée est trop cher pour les pharmaciens, qui doivent s’acquitter de fonds de commerce élevés pour s’établir à leur compte, ce qui se répercute directement sur le prix des médicaments. Et c’est en ce sens qu’il pense que l’officine ne devrait pas en avoir le monopole.

Partager >>