Santé : des cancers suspects dans un laboratoire lyonnais

Le Centre lyonnais de microscopie a suspendu les manipulations dans certains de ses laboratoires. Ce sont plusieurs cas graves de cancers et de tumeurs chez des scientifiques qui ont été détectés et ont interpellé.

Pour l’instant, le lien entre le travail des scientifiques et la maladie n’est pas encore avéré. Cependant, par mesure de sécurité le centre a préféré prendre toutes les précautions nécessaires.

Un lien entre le laboratoire et les cancers ?

Toutes les personnes atteintes travaillaient dans un même lieu, ce sont « des collègues ayant fréquenté les installations du microscope électronique du CLYM hébergées dans le laboratoire MATEIS ».
Il y aurait une « dizaine de personnes » atteintes dans un espace temporel assez restreint : « de trois à dix ans », selon un site grenoblois. Le Journal de l’Environnement évoque 9 cas en 11 ans.

Santé : des cancers suspects dans un laboratoire lyonnais

Les cancers et les tumeurs ne touchent que les jeunes chercheurs. Les deux sources ne proposent pas le même nombre de cas ni le même temps mais ils restent similaires. Cette nouvelle est inquiétante car les chiffres semblent un peu trop élevés pour qu’il s’agisse seulement d’une coïncidence.

Les microscopes ne seraient pas à l’origine des maladies

Des études ont alors été menées pour repérer « des fuites potentielles de rayonnements ionisants » qui aurait pu accroitre le risque de cancer. Cependant, début juillet, la direction a annoncé que les microscopes n’émettent pas de rayonnements ionisants qui pourraient être dangereux.

Des mesures de sécurité ont été mises en place

Une autre enquête environnementale est aussi en cours, toujours pour vérifier qu’il n’y ait pas de lien entre le laboratoire et la maladie. Les locaux ne sont actuellement plus accessibles aux scientifiques mais ces derniers pourront réinvestir les lieux lorsque l’enquête sera terminée. Le laboratoire a affirmé que « les données sur l’enquête médicale resteront confidentielles, car couvertes par le secret médical »

Partager >>