Nouvelle attaque de requin à la Réunion

Un homme de 51 ans a été mordu au mollet ainsi qu’au poignet droit. La morsure s’est déroulée à Saint leu, sur la côte ouest de l’île de la Réunion.

L’attaque se serait déroulée aux alentours de 15 heures, lorsque la personne tentait d’apprivoiser les vagues avec quatre ou cinq de ses amis. Lorsque le requin lui a mordu le mollet, il était assis sur sa planche de surf. Le requin lui a alors arraché une partie de son mollet qui était dans l’eau. Cette information a été divulguée sur le site de réunion 1ère. Aujourd’hui, le beau temps n’était pas au rendez-vous à la Réunion et la mer était houleuse au moment des faits.

Une prise en charge rapide

Les gendarmes et les pompiers sont rapidement arrivés sur les lieux pour porter secours à cette personne.

Malgré sa morsure, il a tout de même réussi à nager pour atteindre le rivage. Il était donc conscient lors de son retour sur la plage. C’est à ce moment qu’il a été aidé par un surfeur qui a prévenu les pompiers. L’homme, qui enseigne les mathématiques, a ensuite été transporté le plus rapidement possible à l’hôpital Gabriel Martin de Saint-Paul. Bien que son pronostic vital ne soit pas engagé, la morsure est tout de même bien profonde.

Nouvelle attaque de requin à la Réunion

Les surfeurs et les attaques de requins

En 2013, plusieurs attaques ont été recensées à la Réunion et deux d’entre eux sont décédés. Les attaques semblent de plus en plus fréquentes à la Réunion et des mesures sont prises pour tenter de limiter les attaques. Par exemple, de septembre 2013 à février 2014, le préfet a interdit la baignade et certaines des activités nautiques sur la plupart des côtes réunionnaises.
Des périmètres de sécurité sont aussi mis en place dans certaines régions pour assurer la sécurité des baigneurs. Les surfeurs sont exposés aux vagues et donc très vulnérables.
Il y a peu d’attaques de requin par an, il est ainsi difficile de faire un éventuel lien avec le réchauffement climatique ou avec un autre paramètre qui favoriserait les attaques.

Partager >>