Les médicaments: plus dangereux pour les femmes ?

Une étude de « Science et Vie » révèle que les médicaments sont parfois plus dangereux pour les femmes que pour les hommes.

Une médecine sexiste

Les médicaments seraient créés pour les hommes. C’est ce que révèle le magazine « Science et Vie » dans l’édition d’aout. L’organisme ne réagit pas de la même façon s’il s’agit d’une femme ou d’un homme. Cependant, les médicaments seraient principalement conçus pour les hommes, il y aurait donc une différence selon le sexe. La médecine serait donc sexiste de ce point de vue. Il n’y aurait pas égalité entre les hommes et les femmes, aussi surprenant que cela puisse paraitre.

Des effets secondaires plus importants

Les effets secondaires concernent deux fois plus les femmes. Des tests ont été effectués en prenant du Zolpidem. Comme les hommes et les femmes ne réagissent pas d’une manière identique, les femmes ont beaucoup plus de risque de somnolence après avoir ingéré le médicament.

De plus, grâce aux vaccins, l’étude montre que les risques d’effets secondaires sont plus importants chez les femmes. Il suffirait d’une demi-dose pour une vaccination à une femme car leur système immunitaire est généralement meilleur.

Une inégalité dès les débuts du médicament

Les tests menés afin d’élaborer un médicament sont effectués sur des rats mâles pour « éviter que les hormones ne perturbent les résultats », selon une généticienne.

Les médicaments: plus dangereux pour les femmes ?

Seulement, lorsque les femmes sont vaccinées, les hormones jouent leur rôle. On compte également moins de femmes participant aux tests cliniques, ce qui favorise cette inégalité.

Il y a aussi des différences à propos de l’aspirine : les hommes et les femmes ne sont pas égaux. L’aspirine est administrée en prévention d’un éventuel AVC ou arrêt cardiaque. Cependant, chez les femmes, il permet de contribuer à réduire le risque d’AVC alors que chez les hommes, c’est le risque d’arrêt cardiaque qui diminue.

L’Institut National de Santé des Etats-Unis subventionne certaines analyses effectuées dans le domaine médical et si les tests ne sont pas vérifiés chez les deux sexes, les scientifiques peuvent ne plus bénéficier des subventions.

Partager >>