Politique : Taubira comparée à un singe, l’ex-candidate FN fait appel

Le tribunal de Cayenne a condamné l’ex-candidate FN à de la prison. Elle avait comparé Christiane Taubira à un singe, d’où sa condamnation.

Un acte raciste selon la justice

Elle a été condamnée à 9 mois de prison ferme et 50 000 euros d’amende. De plus, elle devra passer 5 ans d’inéligibilité. Cette sanction a été jugée trop sévère par le FN et l’ex-candidate, ils ont donc décidé de faire appel.
Anne-Sophie Leclère assumait le montage sur son Facebook : il s’agissait d’une comparaison entre un bébé singe d’un côté de l’image avec l’écrit « 18 mois » et de l’autre coté Christiane Taubira « maintenant ». L’ex-candidate FN tente de se justifier en rappelant la touche humoristique : «Cette photo c’était de l’humour. L’image a été postée sur ma page Facebook et je l’avais supprimée quelques jours après d’ailleurs, ce n’est pas moi l’auteur». Pour elle, ce montage n’a rien à voir avec du racisme.

Politique : Taubira comparée à un singe, l’ex-candidate FN fait appel

C’est le mouvement guyanais Walwari, que Taubira a fondé, qui a porté plainte. Cette plainte a pour but de «dénoncer le fond idéologique d’extrême droite du parti de Marine Le Pen».
Christiane Taubira n’a pas souhaité dialoguer sur la décision mais a signalé que la justice a suivi le « Code Pénal ».

La colère du FN

Le tribunal a également condamné le parti FN à 30 000 euros d’amende. Des personnes proches du front national protestent contre cette mesure jugée trop sévère. Cette décision a par exemple interpellé Philippe Martel : « Cette condamnation est ridicule par son excès. Elle est aussi inquiétante. ». René Tran Van Nghia, représentant du front national de Guyane a également trouvé cette décision «politique et ridicule».
Jean Marie Le Pen a réagit en publiant un tweet composé du passage suivant : «magistrats traîtres à la loi et violeurs de la morale»
Le FN dénonce le fait que c’est l’une des condamnations les plus sévères jamais données « depuis longtemps en matière de droit de la liberté d’expression ».

Partager >>