Restauration : le décret « fait maison » dérange

Le décret de la mention « fait maison » est entré en vigueur aujourd’hui. L’objectif de ce décret est que les consommateurs soient avertis lorsque les restaurants fabriquent leurs plats « maison ».

Ce logo permet donc d’ « informer le consommateur » par rapport au type de cuisine qui est utilisé et en même temps de valoriser le métier de cuisinier. Le logo est composé d’une une casserole surmontée d’un toit de maison en guise de couvercle.
Ce décret serait donc le bienvenu pour les maisons qui fabriquent leurs produits. Il viserait à indiquer les plats « entièrement élaborés sur place ». Le cuisinier est, selon ce décret, celui qui travaille les produits bruts.

Un décret incohérent pour certains restaurateurs

Cependant, certains produits se verraient attribuer la mention « fait maison » lorsque ils sont « réfrigérés, congelés, surgelés, conditionnés sous vide, pelés, tranchés, coupés, découpés, hachés, nettoyés, désossés, dépouillés, décortiqués, taillés, moulus ou broyés, et épluchés – à l’exception des pommes de terre… ». Ces exceptions ne sont pas de l’avis de tous. En effet, il parait étrange d’apposer la mention « fait maison » sur un plat élaboré avec des produits surgelés par exemple.

Restauration : le décret « fait maison » dérange

L’exception vis-à-vis des pommes de terre a été utilisée pour empêcher les fast-foods à utiliser cette mention lorsqu’ils cuisent seulement leurs frites sur place.

Une restauration qui ne valorise pas les produits frais mais brutes

Certes, ce logo permettra de différencier les établissements qui se contentent de réchauffer des plats préparés au micro-onde mais ce n’est pas suffisant pour les cuisiniers qui offrent chaque jour des produits frais. Certains chefs pensent que ce décret n’est pas adapté pour valoriser le « fait maison » puisqu’il englobe les  « produits bruts » en général alors qu’il aurait fallu proposer un décret sur les produits frais.
Des contrôles seront effectués dès 2015 pour remarquer d’éventuelles fraudes.

Partager >>