Mediator : l’Etat jugé « responsable »

Le traitement Mediator avait été tardivement retiré du marché. C’est pour cela que le Tribunal administratif de Paris juge l’Etat « responsable des fautes commises » dans son jugement rendu public le 3 juillet.

Le tribunal précise également que l’Etat a la possibilité de se retourner contre le fabricant du médicament : les laboratoires Servier.

Un retrait du marché trop tardif

L’affaire Mediator n’est pas encore terminée puisque l’Etat aurait dû enlever ce traitement dès 1999, lorsque les dangers de ce médicament avaient été constatés. Le Mediator était utilisé pour traiter le diabète de type 2.

Mediator : l’Etat jugé « responsable »

Il existerait un lien entre le benfluorex, principe actif, et des problèmes de valves cardiaques. Des problèmes d’hypertensions artérielles auraient aussi dus alerter les autorités sur un éventuel danger, en 1999.

Le Mediator a été retiré du marché en 2009

Après 30 ans de prescription, le Mediator a enfin été retiré du marché en novembre 2009. Ce médicament était utilisé premièrement pour lutter contre l’excès de graisse dans le sang puis a été détourné de son action principale pour ses vertus amincissantes. Il a donc été vendu comme coupe faim.

Le médiator aurait provoqué la mort de plusieurs centaines de personnes. Plus de 300 personnes ont d’ailleurs été victimes du Mediator.

Comme il a été utilisé par 5 millions de français, le Mediator pourrait avoir de grandes conséquences à long terme : plus de 2 000 décès, selon une enquête menée pour faire progresser cette affaire.

La demande d’indemnisation

Plusieurs patients se disent victimes du Mediator. L’une d’elle atteinte de diabète a été confrontée au Mediator durant neuf ans et affirme qu’elle souffre désormais «d’essoufflement rapide à la marche et d’œdèmes des jambes ».

Elle avait porté plainte en 2013 et ce nouveau scandale pourrait bien faire avancer cette affaire plus rapidement.

Elle sera peut être indemnisée plus rapidement que d’autres affaires de ce genre qui prennent souvent beaucoup de temps.

L’indemnisation de certains patients est pour l’instant à l’étude car le tribunal veut être sur du lien entre la prise du Mediator et les symptômes.

Partager >>