Allergies aux pollens et produits de la ruche : pourquoi ne pas être tout de miel ?

Nez qui coule, yeux qui grattent, gorge qui pique, éternuements incessants, éruption cutanée parmi les symptômes les plus identifiables, il n’y a aucun doute possible : il s’agit bel et bien d’une allergie. S’il existe des allergies qui durent toute l’année – appelées 'allergies persistantes' – et celles qui surviennent principalement au printemps – allergies dites 'saisonnières' – en réalité en termes d’allergies : le calendrier va de janvier à décembre ! Et, ce ne sont pas, les fortes chaleurs de ces derniers jours, en cette période estivale qui vont le modifier. En effet, les pics de pollution à l’ozone qui concerne de plus en plus de départements français augmentent le risque de déclencher une allergie. 

Fort heureusement, il est possible de suivre la pollution en temps réel grâce aux applications comme « Plume » ou « Air Matters » notamment, afin d’optimiser ses déplacements, mais aussi de savoir s’il est opportun ou non, de faire un jogging, de siroter un mocktail en terrasse à deux heures de l’après-midi par exemple. Et, si d’aventure l’envie vous prenait, de prendre l’un des produits de la ruche pour soulager la gêne : N’EN FAITES RIEN. Les risques sur la santé sont avérés si l'on souffre d'allergies au pollen. 

Produits de la ruche et allergie : un mélange à proscrire

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation et du travail (ANSES) a tiré la sonnette d’alarme dans un communiqué en date du 25 juillet 2018. Elle déconseille vivement aux personnes allergiques de consommer des produits de la ruche et plus particulièrement les compléments alimentaires à base de gelée royale, de pollen et/ou de propolis. Et pour cause, le signalement d'effets indésirables sévères leur a été signalé : écoulement nasal, yeux rouges, difficultés respiratoires, quinte de toux, apparition d'un œdème à la langue, mais aussi une réaction anaphylactique après avoir consommé des produits issus de la ruche.

« Récemment, des allergies sévères suite à la consommation de compléments alimentaires contenant des produits de la ruche (gelée royale, propolis) et des pollens ont été déclarées. L’ANSES rappelle que les personnes allergiques aux pollens peuvent potentiellement présenter un risque d’allergies lors de consommation d’aliments et de compléments alimentaires à base de produits de la ruche ».

Elle conseille alors aux 30 % de Français allergiques aux pollens, mais également aux personnes prédisposées aux allergies ou à l’asthme de ne pas consommer les produits de la ruche. Il faut donc redoubler de vigilance concernant les compléments alimentaires. Elle invite aussi toutes les personnes sujettes à présenter une allergie, de demander conseil à un médecin avant d’en consommer, de respecter ensuite les conditions d’emploi du fabricant des produits prescrits, de prévenir un professionnel de santé si un effet indésirable survenait, mais surtout, de redoubler de vigilance sur les produits achetés sur Internet. Et pour cause, à l’image des articles de prêt-à-porter qui font l’objet d’une contrefaçon, les médicaments et autres produits alimentaires le sont eux aussi. Les conséquences de la contrefaçon alimentaire sont alors bien plus importantes et parfois irréversibles sur la santé au regard du risque encouru pour une contrefaçon d’un sac par exemple. Les produits présentant des allégations abusives ou commercialisées en dehors des circuits contrôlés sont tout simplement à bannir.

En marge, d'autres compléments alimentaires qui potentiellement peuvent contenir des allergènes sont à éviter. Alors si l'on est allergique aux pollens, asthmatique ou prédisposé à l'être, rien de tel que la prudence en se rapprochant de son médecin pour s'assurer que cela soit dénué de conséquence. Pour les autres, les produits de la ruche peuvent être consommés tant leurs bienfaits sur la santé sont légion, pour autant qu'ils ne soient pas là aussi vendus en-dehors des circuits traditionnels comme une pharmacie ou une parapharmacie.  

Partager >>