Les chiffres des jeux d’argent et des paris sportifs font tourner la tête

Le numérique a considérablement changé la donne du secteur des jeux de hasard, de casino ainsi que des paris sportifs. Aujourd’hui, la Française des jeux (FDJ) et le PMU n’ont plus le monopole des mises. Une transformation des habitudes qui requiert une adaptation des géants des jeux d’argent, paris hippiques et jeux de hasard.

Les Français adorent les jeux d’argent

Si vous faites partie des amateurs de jeux en ligne, sans doute déjà à la recherche d’un code promo Betfirst 2018, vous êtes concerné par ces chiffres. Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas seul à aimer jouer : 77 % des Français de 15 à 75 ans ont joué au moins une fois dans leur vie. Et le total des mises en France donne le tournis : 45 milliards d’euros en 2015, ce qui a engendré pas moins de 5,5 milliards d’euros de recettes publiques tirées des prélèvements sur les jeux.

Jeux en ligne

Néanmoins, les habitudes changent et le numérique commence à prendre le pas sur les traditionnels points de vente physiques. Ainsi, pour le PMU, c’est plus d’un milliard d’euros de paris hippiques qui ne rentreront pas dans les caisses. Ceux-ci ont sans doute été effectués sur des sites de bookmakers en ligne. La FDJ tâche quant à elle d’anticiper et de suivre les nouvelles habitudes des joueurs : 500 millions d’euros seront consacrés à la transformation digitale du secteur afin de permettre d’atteindre 20 % des ventes en numérique d’ici 2020.

Le grand gagnant à l’heure actuelle ? Le poker en ligne. D’après l’Observatoire des jeux, en France, le poker représente plus de 65 % des mises effectuées sur des casinos physiques et en ligne. En 2015, le secteur des casinos en ligne représentait la modique somme de 8 milliards d’euros. Quant à l’Arjel (Autorité de régulation des jeux en ligne), elle constate une augmentation du produit des jeux entre le 3e trimestre 2016 et le même trimestre en 2017, avec +11 %.

Partager >>